Aides au commerce de proximité : le discours du Premier ministre au Perreux
Communiqué de presse -
Je suis très heureux dêtre avec vous, très heureux dêtre au Perreux, très heureux dêtre à côté damis et je voudrais commencer par vous prier de bien vouloir accepter mes excuses, je viens en retard au Perreux. Jétais avec les députés européens et nous avions un certain nombre de sujets difficiles à traiter, ce qui ma pris du temps ; mais je sais que Christian JACOB a assuré une partie du programme que je devais assurer et je voudrais len remercier. Je suis très heureux dabord dêtre au Perreux pour la deuxième fois.

Je napprécie pas beaucoup quun ministre soit venu plus souvent que moi quelque part. Mais enfin, il se trouve que celui-là, je laime beaucoup, alors je lui pardonnerai. Mais enfin être venu trois fois quand je suis venu deux fois, cest une erreur dans la carrière. Bon. Mais enfin, il débute, il a des talents, il ne sait pas encore tout mais je lui pardonne. Je suis très heureux dêtre avec votre maire parce que jai beaucoup destime pour lui - je pourrais vous dire que jai de lestime politique, que jestime sa compétence, ça vous le savez, il est compétent - mais jai de lestime pour sa personnalité, pour je dirais son éthique, cest un homme déthique, cest un homme de valeur, cest un homme de morale, cest un homme de rigueur et jai beaucoup de considération, cest quelquun qui fait honneur à la politique et je suis content dêtre un de ses amis et à chaque fois que je lui demande conseil, nous avons des conversations et des discussions qui sont très utiles.

Quand il développe ici des thèses sur le FISAC en expliquant quil est important que lEtat sengage comme pour le budget, Christian JACOB est toujours inquiet, avoir le soutien du rapporteur général du budget, cest un bon espoir. Je voudrais dire aussi que je suis heureux de saluer le maire de Nogent et jai bien compris quil avait lui aussi un dossier pour les halles. Je vais y revenir mais cest très important, les halles, les marchés, cest très important et cest un lieu de convivialité, un lieu de société et je souhaite vraiment quon puisse déboucher ensemble sur un partenariat tel que vous le souhaitez, pour le développement du FISAC. Je voudrais enfin vous dire quici, dans ce département, je suis très heureux de saluer les élus, les parlementaires, les responsables de toutes les collectivités territoriales qui sont présents, le préfet et aussi le responsable consulaire. Je voudrais vous dire combien je suis attentif à ce qui se passe dans ce département notamment pour y trouver les bons équilibres de vie, la qualité de la vie, les relations humaines dans la vie quotidienne et notamment laménagement de lespace qui passe par laménagement urbain et laménagement commercial. Merci à tous les commerçants, tous les artisans, à tous les professionnels, à tous les élus qui sont ici représentés cet après-midi pour quensemble nous puissions essayer de définir devant vous les lignes davenir de ce que doit être la politique commerciale des petites et moyennes entreprises de notre pays.

Christian JACOB aura loccasion en présentant un projet de loi avec son collègue Hervé GAYMARD et quelques autres membres du gouvernement, de présenter en conseil des ministres fin mars un texte pour les PME, pour la participation et le financement de léconomie, un texte qui rassemble un certain nombre de mesures qui sont destinées à aider les activités qui sont les vôtres. </p><p align="justify">Dabord je voudrais commencer par le commerce de centre ville, cest un élément très important. Je sais ce qui a été fait ici, je sais ce que le financement du FISAC a pu apporter mais je sais aussi que vous vous êtes mis tous ensemble pour pouvoir mobiliser les moyens et créer un cur de ville attractif, créer une dynamique commerciale et donner au Perreux une activité commerciale qui assume au fond ce que le cur fait à lintérieur du corps humain, cest-à-dire la circulation de la vie. Cest cela qui est aujourdhui très important dans notre organisation commerciale. Redonner au centre ville sa vocation de cur de ville. Comment un pays comme la France, aussi beau, capable de tant de richesses architecturales peut être capable de transformer son paysage de telle façon que quand on est à dix kilomètres de La Rochelle, dix kilomètres de Carcassonne, dix kilomètres de Colmar, trois villes merveilleuses, aussi belles que Le Perreux, comment peut-on faire pour quon ait limpression dêtre dans la même ville avec la même zone périurbaine, avec les mêmes boîtes à chaussures, avec cette même déshumanisation ?

Comment un pays comme la France, riche de son patrimoine, a pu laisser abîmer ses périphéries, ses entrées de ville alors que le cur de nos villes a tant de caractère, tant dhistoire, tant de dimension humaine ? ! Il faudra chercher les responsabilités plus tard mais je pense que globalement, tous ceux qui ont construit toutes nos tours et tous ceux qui ont construit toutes ces boîtes à chaussures, navaient pas une vision humaniste de la société. Comme sil fallait tout rassembler, tout rapprocher, à la périphérie des villes pour faire un peu plus de monnaie et finalement pour désorganiser ce quest le cur même de la société, lorganisation urbaine avec sa dimension nécessairement humaine. Je crois que cest un sujet très important et au fond, quand on se bat pour le cur des villes, quand on se bat pour le commerce, lartisanat, les petites et moyennes entreprises.

On se bat pour autre chose que des activités économiques, on se bat pour la cohésion sociale, on se bat pour le lien social, on se bat pour les relations humaines, on se bat pour la notion de service. Si on ne crée pas entre les individus des services, quel lien pourra-t-on créer entre les individus que la société pousse à lindividualisme, à légoïsme, à légocentrisme et quelquefois donc la conséquence triste de tout ça, à la solitude ? Je pense que le commerce de centre ville, la dynamique commerciale, les halles, le marché sont des formes modernes de développement économique et social parce que ce sont des formes humaines. Je crois que le marché a beaucoup plus davenir quon ne le croit et le marché sous ses halles avec lensemble de ses professionnels, avec sa capacité de fédérer une offre diversifiée, est aujourdhui une forme moderne de commerce, parce que cest une forme conviviale. Regardez dailleurs les jeunes, comme ils aiment aller au marché, pas toujours très tôt mais au fond chacun choisit ses heures et ses horaires et au commerçant de sadapter à sa clientèle.