A PARAITRE PROCHAINEMENT aux Éditions Bénévent

www.editions-benevent.com

« Lorsque vous êtes au lac Mummelsee, en forêt noire, à une trentaine de kilomètres dAchern, nhésitez pas à prendre la petite route qui rejoint le plateau dHornisgrinde. »

" Il y a mille façons de perdre sa jeunesse, même à tout jamais. »

 

Au début janvier 1964, Charles, un jeune sous-officier de larmée de lair est muté dans un Escadron de Guerre Electronique en RFA. Au cur de la Forêt noire il y découvre un monde fascinant et simplique rapidement dans une vie prenante. Linsouciance de la jeunesse sefface peu à peu devant le sens des responsabilités nouvelles qui lui incombent. Disposant de temps libre, il perfectionne sa connaissance de la langue allemande, aidé en cela par la fréquentation dune jeune infirmière.

A la suite dun concours de circonstances il est approché par les services secrets russe et français. Son intervention pour empêcher une rixe dans un dancing, évitant un incendie probable, son profil, confirment lintérêt que lui porte un officier du SDECE.

 

 
 Avec psychologie et détermination le commandant Jean Steiner, officier de renseignement aguerri, amènera le jeune homme à collaborer avec lui et à devenir son Honorable Correspondant. En pleine guerre froide, menant une double vie à linsu de sa hiérarchie et de ses amis, Charles découvrira trop tard quil est des activités dangereuses où lon peut perdre la vie sans en avoir compris toutes les règles. Il découvrira aussi quà lEst tout nétait pas aussi rouge et monolithique que cela lui avait été enseigné. Ladversaire pouvait aussi avoir des sentiments humains, un coeur de mère soudainement à vif. Cela ne sera pas du goût de tous et le prix à payer pour manquement aux ordres sera lourd de conséquences, ce qui marquera Charles à jamais.

 

Ces pages sont dédiées à celles et ceux qui de tous temps, dans la plus grande discrétion, ont su servir, sans se servir, afin que nous gardions la tête haute.

 

 
 
Prologue

 

Lorsque vous êtes au lac Mummelsee, en forêt noire, à une trentaine de kilomètres dAchern, nhésitez pas à prendre la petite route qui rejoint le plateau dHornisgrinde.

Il y a des installations militaires récentes, mais surtout, vous y trouverez des vieux bâtiments, chalets en grès rose et toits verts, soigneusement grillagés et protégés par les militaires  allemands, comme sils avaient voulu préserver le repos de fantômes oubliés, errant sur la lande les soirs sans lune.

Bien sûr le temps a fait son uvre, et peut être ne seront-ils plus là, si vous tardez trop.

Ou alors, la tour en grès rose aura-t-elle disparue, par malheur, plongeant dans la tristesse le château du Haut-Koenigsburg, juste en face dans les Vosges, par delà la plaine dAlsace. Car ces deux là se sont parlé, il y a bien longtemps, quand le Kaiser, venait y chasser et senquerrait des nouvelles de Berlin.

Bien sûr elle nétait pas cerclée de cette affreuse passerelle et avait fière allure, cette noble dame que le temps et les hommes nont pu totalement outrager, et dont on aimerait entendre parler les pierres.

Dailleurs, si vous vous arrêtez près delledans le plus grand silence, un soir sans lune, vous lentendrez murmurer ou pleurer doucement, sous la caresse du vent, si vous avez encore un cur denfant. Mais si vous lentendez pleurer, alors ne vous attardez pas car elle sait lire dans le secret des âmes et des curs. Quà Dieu ne plaise !

 

Javais déjà trop attendu pour revoir ces lieux chargés dhistoire, redoutant des images surgies de nulle part ou enfouies depuis des décennies au fond de ma mémoire.

Mais en cette fin daoût 2002, accompagné dun ami cher, témoin du passé, enfin décidés, nous parcourions dun pas nostalgique la petite route qui traversait la lande fleurie, chargée de senteurs alourdies par lorage proche.

Nous découvrîmes, à mi-chemin, le dôme de béton qui dépassait de la végétation.

Cétait la partie émergée dun bunker, que tentaient descalader une petite fille et son frère, âgé dune dizaine dannées.

Comme nous approchions, je lentendis demander à son père :

-     Papaquest ce que cest ?

-     Je ne sais pas, mais cest sûrement très vieux. Je ne sais pas à quoi ça servait

 
 

 

Je faillis répondre que cétait unsous-marinmais il meut fallu, alors, raconter une histoire bien longue, dire quen ces lieux avaient été écrites quelques pages secrètes de la guerre froide, pour toujours refermées, dans la salle maintenant humide et obscure du fond, devenue caveau de lhistoire, depuis la chute du mur de Berlin.

 

 

Avertissement au lecteur

 

Pour que ne se perde pas, à jamais, un peu de cette mémoire, les lignes qui suivent racontent, de façon romancée, une parcelle de cette histoire. Tout ne peut être dit. Cependant il ne saurait être trahi de grands secrets militaires, tant les techniques ont évolué en sophistication et en rapidité, après bientôt quatre décennies. Il ne saurait être trahi, non plus, de secret que le temps naurait révélé ou porté depuis à la connaissance du public.

Des faits sont véridiques, des lieux ont bien existé ou existent encore pour certains, mais il me fallait conserver la part du roman.

Certaines vérités restent plus belles et parées de mystère si elles napparaissent pas dans une nudité parfois encore douloureuse.

Toute ressemblance avec des événements vécus par dautres personnes que les personnages de ce roman, serait fortuite. Les personnages sont totalement imaginaires, bien sûr. Cependant, à celles ou ceux qui malgré tout penseraient pouvoir se reconnaître, je voudrais dire que ces modestes lignes ont été écrites avec le profond respect et lamitié que je leur ai conservé au delà des années, pour que ne sefface pas le souvenir.

La dissuasion nucléaire, mais peut-être aussi le respect, non sans risque, que se témoignèrent certains adversaires dalors, ont sûrement aidé à empêcher ce qui aurait pu devenir une folie meurtrière, et nous ont transformés en fervents bâtisseurs dEurope, dune grande Europe, pétrie de ses souffrances, riche de ses Peuples.

Les hasards de la vie, dans le cadre du travail civil, mont mis en contact avec un ancien officier de renseignement, qui uvrait « en face » à la même époque. Depuis la chute du mur de Berlin, il sétait reconverti aux mêmes activités et travaillait dans la même Société internationale, mais nous ne nous étions jamais rencontré auparavant. Une telle rencontre aurait dailleurs été impensable. Le hasard

 

« Hasardvous avez dit hasard ? »


Éditions Bénévent

B.P. 4049

06301 NICE Cedex 4

www.editions-benevent.com