Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, a pris connaissance du rapport quAmnesty international vient de faire paraître sous le titre : « Côte dIvoire : un avenir lourd de menaces »

communiqués de presse, minitère de la défenseCommuniqué de presse - Elle regrette vivement quà aucun moment, le rapport ne fasse mention de lattaque subie par les forces françaises à Bouaké le 6 novembre 2004, causant la mort de 9 militaires et en blessant 38 autres. De même, il nest pas rappelé que laction des forces françaises qui a suivi, a été accomplie en légitime défense de soi et dautrui, dans le respect du mandat confié à la force Licorne, du droit international et du droit français.

Le rapport omet également, pour apprécier la proportionnalité de laction qui a été celle des unités françaises à Abidjan le 9 novembre 2004, de rappeler que lusage darmes létales nest intervenu quen deux circonstances, lorsque la vie de soldats français a été directement menacée, cest à dire précisément selon les termes des recommandations du rapport.

Le ministre de la défense réaffirme que durant les événements de novembre 2004, les militaires français engagés sous mandat international au service de la paix et de la sécurité des personnes, directement menacées, ont agi conformément au droit et ont fait preuve dune maîtrise collective et individuelle qui a empêché une nouvelle dégradation de la situation.

Les unités françaises présentes en Côte dIvoire à la demande des Nations Unies, continueront à agir, dans lexécution du mandat qui leur est confié, avec détermination dans le plein respect du droit.

Cette mission, exigeante et difficile, mérite le soutien, la reconnaissance et lestime.

Centre Presse : BP 33 F-00445 Armées
Tél. : +331 44 42 54 02 Fax : +331 44 42 41 22
Sources : DICoD
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.