Communiqués de presse, le 30 Mai 2020 - Nous sommes un groupe de 20 fabricants représentatifs de la filière de production lunetière française, soutenus par une large majorité de nos clients français et étrangers, soit plus de 40 marques, tous lunetiers reconnus internationalement pour la qualité de leurs produits. Nous agissons en dehors de toute organisation syndicale.

La crise sanitaire actuelle a permis de constater que la France a trop longtemps négligé son industrie, allant jusqu’à favoriser l’importation de produits fabriqués dans des pays aux valeurs sociales et environnementales très inférieures aux nôtres. Or, avoir une industrie nationale est une question de survie pour notre planète et notre économie. Pour que les services, les commerces et l’emploi continuent d’exister, il faut une industrie. Tous les pays qui ont essayé de se passer d’usines en reviennent. C’est en effet à ce niveau-là que nous avons la plus grande valeur ajoutée. 

Une donnée ne trompe pas : pour le même nombre de produits vendus, un distributeur produisant localement fera travailler quatre à cinq fois plus de personnes qu’un importateur sans usine.

Aujourd’hui la très grande majorité des français souhaite consommer des produits fabriqués en France. Pour leur permettre de le faire, seules 2 choses les en empêchent:

  • La certitude de l’origine du produit car le lieu de fabrication n’est pas une mention obligatoire en France et en Europe
  • Un pouvoir d’achat limité, particulièrement dans les prochains mois. Il est vrai en effet qu’une monture fabriquée en France peut être plus chère que certaines montures fabriquées dans un pays où les normes sociales et environnementales qui s’imposent aujourd’hui ne sont pas respectées.

C’est pourquoi nous avons décidé de lancer une campagne de communication afin d’informer les français et nos gouvernants sur la situation de notre filière. Nous souhaitons également mettre en avant des solutions concrètes qui ne coûteront rien au budget de l’Etat.

En effet, nous souhaitons que :

  • Le lieu de fabrication soit une mention obligatoire sur les montures. Ceci est un devoir de vérité vis-à-vis du consommateur. C’est déjà le cas aux USA et au Proche Orient.
  • Les complémentaires santé aient la possibilité de mieux rembourser une monture fabriquée en France. Aujourd’hui, elles remboursent indifféremment les montures avec un maximum de 100€ tous les 2 ans. A ce niveau, chez un opticien, il est impossible que le consommateur puisse acquérir une monture fabriquée en France sans un surcoût. Monter ce plafond de remboursement à 250€ permettrait à de nombreux français de pouvoir s’équiper d’une monture fabriquée sur le sol national, dans le respect des normes françaises et du savoir-faire qui est le nôtre. Certains produits de santé européens bénéficient déjà de ce type de mesure.

Le nombre d’emplois directs et indirects de l’ensemble de la filière française du fabricant de composants aux opticiens spécialisés peut être estimé à 10 000 personnes. Nous sommes persuadés que de telles mesures permettraient de doubler ce nombre.

Cette campagne commence par la publication d’un communiqué dans Le Figaro vendredi 29 mai.

Si vous souhaitez des axes de reportage variés selon les centres d’intérêts de vos lecteurs, merci de nous contacter par mail ou téléphone.

presse [at] lunettes-france [.] fr

Pierre Verrier (CEMO) : 06 31 07 07 39  Jean-François Lufeaux (SOLF production) : 06 08 96 70 86 



logo communique presse footer

Suivez-nous !

Suivez communique-de-presse.com sur Twitter afin d'être informé de toutes les actualités.Retrouvez tous les communiqués de presse diffusés et nos actualités sur notre page facebook.Rejoignez communique-de-presse.com sur LinkedInFlux RSS de toutes les catégories de communique-de-presse.com