RÉSULTATS DALTADIS POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2006 : LEBE RESSORT A 251 MILLIONS DEUROS

Le premier trimestre 2006 a été essentiellement marqué par une hausse de la fiscalité du tabac en Espagne, avec pour conséquence directe un recul significatif des ventes en valeur sur ce marché, lun des plus importants dAltadis. Parallèlement, le déploiement des mesures de réduction drastique des coûts a connu une montée en puissance. Globalement, les principaux indicateurs de rentabilité dAltadis affichent des performances équivalentes, voire supérieures, à celles du premier trimestre 2005 et la tendance du premier trimestre se situe au-dessus des prévisions du Groupe pour lannée.

résultats financiers

Au premier trimestre 2006, le chiffre daffaires économique dAltadis a progressé de 5,1 % à 930 millions deuros, contre 885 millions deuros au premier trimestre 2005.

Les acquisitions ont eu un impact positif de 36 millions deuros, tandis que leffet de change du dollar, qui a gagné en moyenne 9 % par rapport à lexercice précédent (1,20 dollar pour 1 euro, contre 1,31 en 2005), a eu un impact de 15 millions deuros sur le chiffre daffaires économique.

Le chiffre daffaires économique de la branche Cigarettes sélève à 393 millions deuros, contre 468 millions deuros en 2005. Ce repli de 75 millions deuros, en grande partie dû à la hausse des droits daccises en Espagne, a été accentué par la réduction des stocks.

Le chiffre daffaires économique de la branche Cigares sélève à 212 millions deuros contre 190 millions deuros en 2005, en hausse de 22 millions deuros (+11,7 %), grâce aux fortes performances réalisées aux États-Unis ainsi que par les cigares cubains, qui ont été dopées par leffet dollar.

Le chiffre daffaires économique de la branche Distribution ressort à 279 millions deuros, contre 259 millions deuros en 2005, soit une progression de 20 millions deuros (+7,8 %).

Le chiffre daffaires économique des Autres activités (Aldeasa et frais généraux), ressort à 46 millions deuros (contre 10 millions deuros en 2005), reflétant lentrée dAldeasa dans le périmètre de consolidation le 1er mai 2005, et celui des Éliminations intragroupe à -1 million deuros (contre -43 millions deuros au premier trimestre 2005, suite à laugmentation des stocks sur cette période).

Avec un EBE en progression de 9 millions deuros, soit 3,7%, à 251 millions deuros (242 millions deuros en 2005), Altadis affiche une marge dEBE de 27,0 % (contre 27,4 % en 2005).

Au cours de la période, les acquisitions ont eu un impact positif sur lEBE de 3 millions deuros. Les restructurations ont généré 15 millions deuros déconomies et les mesures de réduction des coûts, 20 millions deuros, tandis que lincidence du cours du dollar sest révélée positive, à +5 millions deuros.

La branche Cigarettes affiche un EBE de 116 millions deuros, contre 160 millions deuros en 2005, en recul de 44 millions deuros. Ce résultat reflète la baisse des ventes, la réduction des stocks et la dégradation de la structure des ventes, modérées par limpact de la restructuration et des réductions de coûts.

Au premier trimestre, lEBE de la branche Cigares a enregistré une progression exceptionnelle de 20 millions deuros à 66 millions deuros (contre 46 millions deuros en 2005), dopé par la croissance rentable des ventes, lamélioration de la structure des ventes, les gains de restructuration, la réduction de certaines charges et un effet dollar positif sur le trimestre.

LEBE de la branche Distribution ressort à 62 millions deuros contre 58 millions deuros en 2005, soit une progression de 4 millions deuros (+6,2 %).

LEBE des Autres activités sinscrit à 5 million deuros (contre 10 millions en 2005), cette amélioration étant liée à la consolidation dAldeasa. Les Éliminations, qui correspondent essentiellement à des ventes intragroupe de produits finis, sétablissent à 12 millions deuros (contre -12 millions deuros en 2005).

Les amortissements sélevant à -53 millions deuros contre -47 millions deuros en 2005, essentiellement du fait de lamortissement des concessions aéroportuaires dAldeasa, le résultat des activités ordinaires sétablit à 198 millions deuros, contre 196 millions deuros en 2005 (+1,2 %).

Du fait de limportance limitée des Autres produits et charges (-1 million deuros au premier trimestre 2006, contre +2 million deuros au premier trimestre 2005), le résultat opérationnel reste stable à 197 millions deuros (198 millions deuros en 2005).


Le résultat financier sétablit à 29 millions deuros (contre -19 millions deuros en 2005 suite à un gain de change exceptionnel de 6 millions deuros), en raison dun endettement net moyen de 2,62 milliards deuros (contre 1,93 milliard deuros en 2005).

Limpôt sur les sociétés ressort à -56 millions deuros, contre -59 millions deuros en 2005. Le taux effectif dimposition sélève à 33,2 %, contre 33,1 % en 2005. Un crédit dimpôt récurrent de 6 millions deuros a par ailleurs été constaté séparément directement dans le bilan en application des normes IFRS, au titre de lamortissement fiscalement déductible des marques et des survaleurs.

Le résultat des sociétés mises en équivalence a été ramené de 5 millions deuros en 2005 à 1 million deuros, suite notamment à la consolidation par intégration proportionnelle dAldeasa, auparavant au nombre des sociétés mises en équivalence, et à la cession de la participation dAltadis dans Cita.

Les intérêts minoritaires, qui concernent essentiellement Logista et JR Cigar, sétablissent à -10 millions deuros, comme en 2005. RTM nen fait pas partie, dans la mesure où loption de vente des actionnaires minoritaires est comptabilisée en dette depuis fin 2005.

Le résultat net sélève à 104 millions deuros, contre 114 millions deuros en 2005.

Le flux de trésorerie opérationnel généré au premier trimestre 2006 atteint 317 millions deuros. Linversion, conformément aux prévisions, de la variation du fonds de roulement par rapport au quatrième trimestre 2005 a largement contribué à cet excellent résultat.

Lendettement net a reculé de 240 millions à 2,59 milliards deuros, contre 2,83 milliards deuros au 31 décembre 2005, sous leffet de la variation inverse dimportants éléments du fonds de roulement, qui avaient pesé sur le niveau dendettement en fin dannée.

Au 31 mars, le Groupe détenait 3,1 millions dactions en autocontrôle, ce qui ramène le nombre moyen dactions en circulation à 266,1 millions pour le premier trimestre 2006,

soit 4,6 % de moins quau premier trimestre 2005. Cette diminution est le fruit du programme de rachat dactions du Groupe et de lautorisation de 5 % accordée par lAssemblée générale en juin 2005. En conséquence, le bénéfice par action sétablit à 39,0 centimes deuros, contre 40,9 centimes deuros en 2005, tandis que le bénéfice par action en termes de trésorerie générée reste stable, à 54,3 centimes deuros (54,6 centimes deuros en 2005).

La distribution dun dividende de 1 euro par action en 2006, soit une augmentation de 11,1 % par rapport aux 90 centimes deuros versés en 2005, sera soumise à lapprobation de lAssemblée générale en juin prochain. Un acompte de 45 centimes deuros par action a été réglé le 21 mars 2006. Le nombre dactions en circulation sétablit pour lheure à 269,2 millions.

rapport dactivité

Accélération des ambitieux plans de restructuration et de réduction des coûts

Au cours du trimestre, le groupe Altadis a sensiblement intensifié ses efforts de restructuration et de rationalisation afin de faire face à lévolution de ses activités et de lenvironnement économique sur le marché du tabac. Les mesures sarticulent autour de trois axes :

- la poursuite de lactuel plan de restructuration (lancé avant 2006) ;

- la mise en place depuis le 1er février 2006 dun programme de réduction des coûts,

- le lancement le 14 février 2006 dun nouveau projet de restructuration.

Ces actions devraient respectivement générer plus de 62 millions, 80 millions et 55 millions deuros déconomies. Au total, ce sont plus de 200 millions deuros qui seront ainsi économisés sur trois ans, essentiellement en 2006 (136 millions deuros) et en 2007 (43 millions deuros).

La mise en uvre de lactuel plan de restructuration se déroule conformément au calendrier établi. Plusieurs sites (Lille en août 2005, lusine de cigares de Cadix en décembre) ont été fermés, et 1 167 personnes ont quitté lentreprise (dont 634 en Espagne fin 2005 dans le cadre de départs en retraite anticipée). Dautres fermetures (Séville et Tarragone) et départs sont prévus en 2007.

Face aux évolutions récentes sur certains des principaux marchés du Groupe, notamment en Espagne, la direction dAltadis a décidé dun programme de réduction des coûts le 1er février 2006. Cette initiative permettra déconomiser plus de 80 millions deuros en 2006. La mise en uvre a débuté immédiatement et les économies seront réalisées tout au long de lannée.

Un nouveau projet de restructuration a été annoncé le 14 février 2006. Il entrera en vigueur à lissue prochaine des procédures légales de consultation et de négociation. Le programme prévoit une réorganisation tant des fonctions corporate que des directions des « business units », doublée de leur centralisation géographique. Les avancées technologiques, les restrictions frappant la commercialisation des produits du tabac et, dans le cas de la Direction Régionale de Distribution de Paris-Nord, le recul des volumes distribués ont également été pris en considération. Ces efforts devraient se traduire par une réduction de 472 postes et par des économies de 55 millions deuros, essentiellement en 2007, moyennant un coût estimé à 94 millions deuros.

Cigarettes : progression de 14,0 % des ventes de Gauloises, malgré limpact négatif de la fiscalité espagnole sur les performances

Au cours du premier trimestre 2006, le Groupe a vendu 24 milliards de cigarettes, contre 31 milliards en 2005, pour un total de 393 millions deuros (468 millions deuros en 2005). La baisse des volumes sexplique par une très faible activité commerciale en Russie au premier trimestre, le déclin continu des cigarettes brunes et la réduction des stocks. Le fléchissement des ventes est dû conjointement au recul des volumes et à la hausse de la fiscalité en Espagne.

Segments

Les ventes de cigarettes blondes, qui représentent 75 % du chiffre daffaires de la branche, sétablissent à 294 millions deuros, contre 340 millions deuros en 2005. Elles ont augmenté de 35,2 % sur les autres marchés européens du Groupe (Benelux, Finlande, Europe centrale, etc., avec des effets ponctuels positifs), de 22,6 % au Maroc et de 2,8 % au Moyen-Orient. En Espagne, dimportantes modifications de la fiscalité et des prix se sont succédé en janvier et février, pesant très lourdement sur les ventes. En France, les ventes de blondes en volume ont gagné du terrain sur un segment en progression de 5,2 %.

Les volumes totaux de cigarettes brunes vendus sur les marchés ont baissé de 27,2 % en Espagne et de 10,0 % en France. Au total, les ventes de cigarettes brunes dAltadis sétablissent à 66 millions deuros, contre 95 millions deuros en 2005. Là encore, ce résultat sexplique en grande partie par la hausse de la fiscalité en Espagne et par la réduction des stocks, couplées à des performances très médiocres en Russie.

Cigarettes blondes

En Espagne, les ventes de cigarettes blondes du Groupe se sont élevées à 62 millions deuros, contre 118 millions deuros en 2005. Le premier trimestre 2006 a été marqué par deux révisions à la hausse de la fiscalité et par trois modifications de prix, parallèlement à lentrée en vigueur, le 1er janvier, de la proscription de toute publicité en faveur du tabac et de linterdiction de fumer sur le lieu de travail. Les droits daccise ont subi une augmentation à deux reprises, assortie dans le second cas de lintroduction dun minimum de perception. Résultat : les prix de vente au détail des principales marques de cigarettes ont retrouvé leur niveau de mi-2005, la part fabricant sinscrit en net repli et lécart entre le prix de vente des marques les plus chères et celui des marques les plus abordables a été ramené à 1 euro, après avoir atteint 1,75 euro courant 2005. En retour, la part de marché des cigarettes à très bas prix, qui avait rapidement progressé jusquà fin janvier 2006, a fortement reculé. Sur un segment blond en progression de 0,7 % au premier trimestre, la part de marché dAltadis sétablit à 25,4 % (contre 26,4 % en 2005), niveau resté similaire en avril.

En France, sur un marché globalement stable, le segment blond a gagné 5,2 % en volume. La part de marché d'Altadis, quasiment inchangée, s'établit à 18,2 % (18,6 % en 2005) ; les ventes ressortent à 53 millions d'euros, contre 46 millions d'euros en 2005, avec une légère augmentation des stocks.

En Allemagne, les relèvements de prix significatifs de ces deux dernières années ont provoqué un recul du marché des cigarettes de 9,8 % en volume au premier trimestre 2006. La taxe applicable aux « tiges » (« sticks ») a par ailleurs été modifiée le 1er avril, entraînant une constitution massive de stocks par anticipation. Les tendances réelles de consommation ne seront donc pleinement perceptibles que dans le courant de lannée. La part de marché dAltadis sétablit à 6,0 %, contre 6,1 % en 2005, grâce à des ventes de 42 millions deuros, contre 44 millions deuros en 2005. En Pologne, malgré une concurrence toujours âpre, Altadis a maintenu sa part de marché à 7,9 % (7,3% en 2005). Dans les autres pays dEurope, la croissance des ventes en volume sest poursuivie en Belgique, tandis que les ventes en valeur ont bénéficié dune augmentation des prix aux Pays-Bas.

Au Maroc, RTM est désormais solidement implantée, soutenue par une robuste dynamique de croissance. Les cigarettes Altadis détiennent 84,9 % du marché blond, avec des ventes en progression de 22,6 % à 40 millions deuros. La marque Fine a été lancée en format slim et dautres lancements sont prévus. Lévolution du chiffre daffaires a également bénéficié des hausses de prix régulières, dont la dernière, en août 2005, a été de 6 %.

Dans les pays du Moyen-Orient, les excellents résultats dAltadis se confirment, les ventes progressant de 2,8 % à 36 millions deuros (contre 35 millions deuros en 2005), malgré le ralentissement temporaire de la croissance des volumes distribués. Les marques Altadis bénéficient à présent de solides positions qui ne cessent de se renforcer dans plusieurs pays, notamment en Syrie et au Liban, où le Groupe détient une part de marché à deux chiffres. Lévolution du billet vert a également eu un impact positif sur ces ventes, la plupart étant libellées en dollars.

En Russie, les ventes sont restées très médiocres au cours du trimestre en raison du niveau élevé des stocks qui prédominait fin 2005 et dune conjoncture extrêmement difficile. La marque Brilliant, première nouveauté à voir le jour, a été lancée au mois de mars, capitalisant sur la force de merchandising mise en place dans le cadre de la joint-venture récemment créée à cet effet.

Marques

Gauloises, la marque phare du Groupe, a enregistré de très bonnes performances au cours du premier trimestre, notamment dans sa version blonde, dont les ventes ont progressé de 14 % à 117 millions deuros (contre 103 millions deuros en 2005). Les ventes à linternational ont continué à enregistrer de très bonnes performances, puisquelles ont gagné 11,7 % en valeur, à 97 millions deuros (contre 87 millions deuros en 2005). La place de n°3 de la marque est désormais solidement établie en Allemagne et en Autriche, malgré la concurrence croissante de marques à plus bas prix. La part de marché au Luxembourg, en République Tchèque et au Maroc a poursuivi sa progression. Les ventes de Gauloises ont été particulièrement dynamiques au premier trimestre dans les pays du Moyen-Orient.

Fortuna, lautre marque emblématique du Groupe, a vu ses ventes ramenées de 109 millions deuros au premier trimestre 2005 à 56 millions deuros, reflétant pleinement lévolution du marché espagnol. En France, où la marque a bien progressé ces dernières années, sa part de marché a été portée à 2,8 %, contre 2,6 % en 2005. Sa performance a été encore meilleure au Maroc, où la marque sest octroyé une part de 7,9 % du marché blond (contre 5,0% en 2005). En Espagne, le principal marché de Fortuna, la part de marché atteint 11,2 % (19,8 % au premier trimestre 2005), preuve du redressement de la marque, fortement menacée jusquen février 2006 par une âpre concurrence sur les prix.

La part de marché de Ducados Rubios, lancée pour capitaliser sur le développement des cigarettes à très bas prix en Espagne, et désormais proposée au prix de 2 euros (contre 1,35 euro en 2005), sétablit à 10,1 % (contre 0 % en 2005, le lancement ayant eu lieu en juin), après un pic en janvier.

Marquise, au Maroc, a conservé une solide position avec 1,9 milliards dunités vendues, ce qui lui a permis datteindre une part du marché blond de 74,1 % (contre 74,2 % en 2005) et de réaliser un chiffre daffaires de 33 millions deuros (soit un gain de 19 % par rapport aux 28 millions deuros enregistrés en 2005). Pour les raisons évoquées précédemment (niveau initial des stocks et conjoncture), les ventes de la marque Balkan Star en Russie sont restées médiocres durant le trimestre. Nobel, en Espagne, a vu sa part du marché blond se redresser également à partir de janvier pour atteindre 3,8 %, et News a maintenu sa position en France (5,0 %) sur le segment. Smart, n°3 en Finlande, a porté sa part de marché à 14,7 %.

Avec un EBE de 116 millions deuros (160 millions deuros en 2005), la marge dEBE de la branche Cigarettes sélève à 29,4 % (contre 34,1% en 2005). Fortement pénalisé par les hausses fiscales intervenues en début dannée, le taux de marge en Espagne a eu un effet dilutif sur la marge totale de la branche, que les gains de restructuration et les réductions de coûts nont que partiellement compensé.

Cigares : poursuite de lexcellence

Le chiffre daffaires économique total de la branche Cigares (212 millions deuros) se ventile essentiellement comme suit : États-Unis (environ 59 %), cigares cubains (16 %) et Europe (15 %).

Le marché américain, les marques de cigares cubains et lévolution du dollar ont été les principaux moteurs des excellentes performances du trimestre.

Aux États-Unis, Altadis USA continue de mettre laccent sur le segment des cigares haut de gamme, cest-à-dire sur les cigares à cape naturelle, et notamment sur les marques Dutch Masters et Backwoods, ainsi que sur les cigares premium (faits main) comme Montecristo une stratégie qui a déjà porté ses fruits les années précédentes. Les ventes dAltadis USA ont enregistré une solide progression de 8,1 % en dollars, et ressortent, après conversion, à 125 millions deuros (+17,6 % par rapport aux 106 millions deuros enregistrés en 2005).

Les ventes de cigares cubains enregistrées dans les comptes dAltadis (50 % de lensemble des ventes de ce segment puisquelles sont consolidées proportionnellement à la participation du Groupe dans Corporación Habanos) affichent une croissance de 10,0 % en euros (0,9 % en dollar) à 33 millions deuros (30 millions deuros en 2005). La stratégie à lappui des cigares cubains est désormais fermement établie et associe produits de grand luxe (avec des exclusivités et des éditions limitées, comme Cohiba Behike, pour ce trimestre,) et produits de luxe plus abordables (Mini cubanos) pour une sélection de marques. Les ventes se sont très bien comportées sur les marchés matures (en Allemagne, par exemple) et ont enregistré des performances très encourageantes sur les marchés émergents (Moyen-Orient, Russie et Asie-Pacifique).

Les ventes de cigares Altadis en Europe ressortent à 32 millions deuros, contre 34 millions deuros en 2005. Le marché espagnol du cigare a réagi de manière marquée aux nouvelles restrictions réglementaires pesant sur le commerce de détail : il enregistre un recul de -23,4 %, très probablement aggravé par des ajustements de stocks. Les ventes dAltadis en Espagne sont donc inférieures à lannée dernière, sétablissant à 15 millions deuros, contre 19 millions deuros en 2005. En France, elles sont restées stables à 13 millions deuros.

Avec un EBE de 66 millions deuros, contre 46 millions deuros en 2005, la branche Cigares a fortement amélioré sa marge dEBE de 7,0 points pour atteindre 31,2 %. Cette progression reflète les gains générés par une croissance rentable, des efforts de restructuration, une meilleure répartition des coûts sur lannée 2006 et un taux de change plus favorable.

Distribution : EBE en hausse de 6,2 %

La distribution du tabac représente 47 % de lensemble de lactivité Distribution. La performance de la distribution du tabac reflète, dune part, les tendances des marchés du tabac en volume, notamment celles des marchés espagnol (-3,6 % pour les volumes distribués), français (+3,3 %), italien (+3,6 % pour les volumes distribués aux grossistes locaux) et marocain (+3,4 %) et, dautre part, les modifications des prix de vente au détail (de manière indirecte par le biais des stocks). Les ventes sélèvent à 134 millions deuros, contre 120 millions deuros en 2005.

Avec un chiffre daffaires de 150 millions deuros, contre 143 millions deuros en 2005, la distribution généraliste (cest-à-dire hors tabac) affiche une forte croissance de 4,7 %. Lactivité a progressé essentiellement dans la distribution pharmaceutique (chiffre daffaires de 5 millions deuros), dans les services de transport en Espagne et au Portugal (+18,9 %), ainsi quen France (+4,5 % à 55 millions deuros).

Au Maroc, la distribution généraliste est en plein essor. RTM a distribué 7 millions de cartes téléphoniques (+45,8 %) et enrichi sa gamme, notamment dans le domaine des services de recouvrement électronique. La modernisation des opérations est désormais centrée sur les points de vente (1 200 à ce jour dans le cadre du programme Wafaa, dont le nom signifie fidélité en arabe).

Avec un EBE de 62 millions deuros (58 millions deuros en 2005), la marge dEBE de la branche Distribution sélève à 22,2 %, contre 22,5% en 2005.

Autres activités et Éliminations

Les Autres activités concernent désormais essentiellement Aldeasa (soit 50 % des ventes totales dAldeasa, puisquelles sont consolidées proportionnellement à la participation du Groupe dans la société) et les frais généraux. Le chiffre daffaires économique et lEBE ressortent à 36 millions deuros et 3 millions deuros respectivement pour Aldeasa, et à 46 millions deuros et -5 millions deuros respectivement pour lensemble du poste Autres activités (contre +10 millions deuros et -10 millions deuros en 2005).

Le chiffre daffaires constaté au poste Éliminations sétablit à -1 million deuros (-43 millions deuros en 2005), pour un EBE de 12 millions deuros (-12 millions deuros en 2005), du fait de la baisse du niveau des stocks.


Perspectives

En 2006, le Groupe sattachera à développer la croissance interne de ses trois branches dactivité et à compenser, via les cigares et la distribution, les effets dune année qui sannonce difficile pour les cigarettes. Lévolution du marché espagnol sera suivie de très près, les dernières modifications fiscales (notamment lintroduction dun minimum de perception) laissant présager une accélération de la convergence des prix et de la rentabilité avec les autres pays européens. Parallèlement, les nombreuses mesures déconomies décidées par le Groupe (qui devraient générer 136 millions deuros en 2006 et 201 millions deuros au minimum sur trois ans) seront déployées conformément au calendrier établi, et ce dans un double objectif : dune part, minimiser limpact brut de -250 millions deuros résultant de la situation du marché espagnol en 2006 ; et, dautre part, ramener Altadis sur le chemin de la croissance dans les années à venir.


Compte de résultat au 31 mars 2006

(en millions deuros)

T1 2005

T1 2006

Variation 2005-2006(1)

Chiffre daffaires

2 815,4

2 941,6

+4,5 %

Chiffre daffaires économique

885,1

929,9

+5,1 %

EBE

242,3

251,2

+3,7 %

EBITA

209,8

216,5

+3,2 %

Résultat des activités ordinaires

195,8

198,2

+1,2 %

Autres produits et charges

1,8

(1,2)

NS

Résultat opérationnel

197,6

197,0

-0,3 %

Résultat financier

(18,6)

(28,8)

-54,8 %

Impôts sur les sociétés

(59,3)

(55,8)

+5,9 %

Sociétés mises en équivalence

4,6

1,2

-73,9 %

Intérêts minoritaires

(10,3)

(9,7)

+4,9 %

Résultat net part du Groupe

114,0

103,7

-8,0 %

BNPA (en centimes deuros)

41

39

-4,7 %

BNPA (trésorerie générée) (en centimes deuros)

55

54

-0,5

Nombre moyen dactions (en millions)

278,8

266,1

baisse de 4,6 %

(1) Les évolutions favorables sont précédées du signe « + » et les évolutions défavorables du signe « - »

(2) Nombre moyen dactions = moyenne du (nombre dactions autocontrôle)

Au 31 mars 2006, le nombre dactions en circulation sélevait à 269,2 millions, dont 3,1 millions détenues par le Groupe en autocontrôle.


RÉSULTATS TRIMESTRIELS

Chiffre daffaires économique

T1 2005

T2 2005

T3 2005

T4 2005

EXERCICE 2005

T1 2006

(en millions deuros)

Cigarettes

4 68,3

529,2

476,1

505,8

1 979,4

393,1

Cigares

190,1

224,2

232,5

237,9

884,7

212,4

Distribution

259,2

303,1

285,6

298,8

1 146,7

279,3

Autres

10,1

41,1

58,3

52,1

161,6

46,4

Éliminations

-42,6

-36,2

41,0

-22,7

-60,5

-1,3

Total

885,1

1 061,4

1 093,5

1 071,9

4 111,9

929,9

EBE

T1 2005

T2 2005

T3 2005

T4 2005

EXERCICE 2005

T1 2006

(en millions deuros)

Cigarettes

159,9

182,1

162,0

163,7

667,7

115,5

Cigares

46,0

61,5

75,2

71,0

253,7

66,2

Distribution

58,4

90,6

81,8

79,9

310,7

62,0

Autres

-9,9

-2,8

3,8

8,1

-0,8

-5,0

Éliminations

-12,1

-17,9

30,3

0,3

0,6

12,5

Total

242,3

313,5

353,1

323,0

1,231,9

251,2


Définitions des concepts propres à Altadis

Chiffre daffaires économique : Pour les branches Cigarettes et Cigares, le chiffre daffaires économique équivaut au chiffre daffaires net + consignations + remises pour paiements anticipés. Pour la branche Distribution, il correspond aux frais de distribution facturés (contrairement au chiffre daffaires net, qui intègre également la valeur des produits distribués).

EBE : Résultat des activités ordinaires avant amortissement des actifs corporels et incorporels.

EBITA : Résultat des activités ordinaires avant amortissement des actifs incorporels.

Résultat des activités ordinaires : Résultat opérationnel avant éléments non-récurrents.

Flux de trésorerie opérationnel : Flux de trésorerie dexploitation + variation du fonds de roulement impôts sur les sociétés investissements de maintenance.

BNPA (trésorerie générée) : Résultat net + Amortissement des actifs corporels et incorporels (nets dimpôts) + Crédits dimpôt constatés au bilan (générés par la déductibilité de lamortissement des survaleurs et de certains actifs incorporels) net des minoritaires.

Organique : À périmètre de consolidation et taux de change constants.



logo communique presse footer

Articles en relation

Suivez-nous !

Suivez communique-de-presse.com sur Twitter afin d'être informé de toutes les actualités.Retrouvez tous les communiqués de presse diffusés et nos actualités sur notre page facebook.Rejoignez communique-de-presse.com sur LinkedInFlux RSS de toutes les catégories de communique-de-presse.com