Panique chez les banquiers: une agence de notation annonce la faillite du système bancaire en France

Ce scénario catastrophe volontairement provocateur tient autant du fantasme que les rumeurs de la fin proche du secret bancaire en Suisse, relayé à grands renforts de superlatifs dramatiques par les médias du monde entier, en particulier par les presses anglo-saxonne, française et allemande. Des Autorités étatiques et institutions privées profitent dune situation de vulnérabilité de la plus grande banque suisse, en relation avec certaines initiatives commises par celle-ci et la féroce concurrence entre les places financières mondiales, dans le seul but de faire écrouler le secret bancaire avec des arguments démagogiques et trompeurs, et nen sont pas à leur premier coup dessai.

Tous les coups sont permis, il ny a aucune motivation morale, sociale ou humanitaire parmi les pourfendeurs de la place financière suisse. Quand le 1er ministre britannique annonce vouloir sattaquer au paradis fiscal que serait la Suisse lors du prochain sommet du G20 à Londres, le leader politique oublie que la Suisse nest non seulement pas un paradis fiscal mais bien un état membre de lOCDE.

En revanche, les îles Anglo-normandes, sises en territoire britannique, sont bien des places financières offshore où prime de longue date le secret bancaire. Monsieur Woerth, ministre français du Budget, confirmait il y a quelques jours quil est tout à fait légal en France dhonorer le paiement de lachat dun bien appartenant au parc immobilier de lEtat par le biais dun compte bancaire dune juridiction offshore si lacheteur est daccord de surenchérir sur le prix initialement fixé, et que le donneur dordre de la transaction et détenteur de la dite société offshore ne sera en aucun cas inquiété par déventuelles procédures didentification et dorigine économique des fonds.

En dautres termes, le ministre justifie quaucune mesure particulière ne doit être appliquée pour savoir si les fonds proviennent du blanchiment dargent, dun trafic voire jamais déclaré au fisc. Pour un membre de lOCDE, lon ne peut quêtre surpris quun tel manque de rigueur déontologique soit validé par le simple fait quun acheteur est daccord de payer plus cher.

En Suisse,ce genre de pratique dun autre âge est pénalement qualifiable. Ces nations amies sont-elles vraiment en position de donner des leçons de morale fiscale à la Suisse ? Les faits sont là pour prouver le contraire. Dans le cadre d'un accord signé entre la Suisse et l'UE, lon ne peut sempêcher de faire référence à la Directive Européenne sur l'Epargne qui règle le problème du secret bancaire pour les résidents de l'UE identifiés en tant quayant-droit économique dun compte bancaire en Suisse en échange d'une retenue d'impôt anticipé sur les intérêts que la Suisse sest formellement engagée à reverser (plus dinformations à ce sujet sur http://www.myswissadviser.com/directive-suisseUE-fiscaliteepargne.htm).

Cet arrangement juridiquement formalisé permet aux citoyens de lUE douvrir légalement une relation bancaire en Suisse de bénéficier pleinement du secret bancaire, en contre partie lUE reçoit en retour une compensation financière non négligeable. Il est étonnant de constater la posture de l'UE qui agit de façon pour le moins hypocrite puisque les états membres concernés encaissent périodiquement des sommes importantes d'argent grâce au secret bancaire en Suisse via la retenue. Il savère que laffaire de létablissement bancaire suisse connu mondialement (plus précisément sa filiale US) et des Autorités américaines est un cas isolé et rarissime.

Celle-ci ne concerne quun seul acteur parmi plus de 400 enseignes bancaires en Suisse qui nont jamais violé le secret bancaire inscrit dans la Loi. Que les clients non-résidents au bénéfice dun compte en Suisse soient rassurés, le secret bancaire nest pas levé si lorigine économique des fonds ne viole pas les législations suisses en vigueur. Tout établissement possédant une licence bancaire en Suisse sexpose à de graves problèmes juridiques et judiciaires si le secret bancaire est violé, nonobstant le fait que quune action collective en justice des clients lésés pourrait lui être définitivement fatale.

A cet effet, nous rappelons quen date du 20 février 2009 le Tribunal Fédéral en Suisse a interdit, sous peine de poursuites pénales, la transmission de données bancaires de clients de la banque suisse en question aux autorités fiscales américaines. Croire quautant de clients du monde entier souhaitent ouvrir un compte en Suisse uniquement en raison du secret bancaire est faux. Oui, il existe une forte demande permanente pour bénéficier dune réelle protection de la sphère privée (nest-ce pas le minimum quune démocratie se doit de mettre en place pour sa population ?), mais ces mêmes clients apprécient la qualité des services et conseils bancaires quils ne trouvent pas forcément ailleurs.

Dautre part, faire croire que toute personne ayant une relation bancaire en Suisse est un escroc fiscal est tout simplement insultant pour lécrasante majorité de nos clients. Il convient dans les plus brefs délais de lancer un signal fort aux clients et aux places financières concurrentes, nos politiques en Suisse devraient dès à présent inscrire le secret bancaire dans la constitution afin de préserver à long terme la primauté des intérêts stratégiques vitaux pour la Suisse qua toujours représenté le secteur financier.

La Fiduciaire MSA est solidaire et soutient pleinement la place financière suisse, ses partenaires bancaires locaux et leurs personnels.

Longue vie au maintien et au strict respect du secret bancaire, et longue prospérité au dragon des Alpes tant convoité à létranger.

Mr P. De Carvalho Fiduciaire MSA, Genève

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

http://www.myswissadviser.com

 



logo communique presse footer

Suivez-nous !

Suivez communique-de-presse.com sur Twitter afin d'être informé de toutes les actualités.Retrouvez tous les communiqués de presse diffusés et nos actualités sur notre page facebook.Rejoignez communique-de-presse.com sur LinkedInFlux RSS de toutes les catégories de communique-de-presse.com