Avec la disparition de Pierre Messmer, la France perd lun des plus ardents et intransigeants défenseurs de son indépendance.

La vie de Pierre Messmer reste indissociable de la vie militaire et politique des 70 dernières années. Inlassable serviteur, il aimait à dire « Jai eu le temps de vivre trois vies » : soldat pendant la guerre, administrateur en Afrique et en Extrême-Orient à la veille de la décolonisation, ministre de la Vème République.

Ces trois vies étaient cimentées par le lien de trois espoirs quil disait navoir jamais perdus : espoir de libérer la Patrie occupée par l'ennemi et de lui rendre son indépendance, espoir de réussir la décolonisation pour que la France retrouve sa vocation libératrice, espoir de développer le pays pour élever le niveau de vie des français et défendre la Nation si elle était menacée.

Grand Croix de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération, Croix de guerre 1939-1945 (6 citations), Médaille de la Résistance avec rosette, Médaille des évadés, Médaille Coloniale avec agrafes « Erythrée », « Libye », « Bir-Hakeim », Pierre Messmer a toujours accepté ces témoignages dhommage avec une fière modestie.

Après la campagne de France en 1939 et 1940, Pierre Messmer, âgé de 24 ans, rejoint les Forces Françaises Libres à Londres, en juillet 1940. Affecté à la 13e Demi-Brigade de la Légion étrangère, il participe, comme lieutenant puis, à partir de 1941, comme capitaine commandant de compagnie, aux opérations de Dakar et Libreville, aux campagnes dÉrythrée, de Syrie en 1941, de Libye en 1942-1943, et de Tunisie en 1943.

Débarqué en Normandie en juin, il entre à Paris en août 1944. Parachuté en Indochine en août 1945, il est fait prisonnier et sévade avant de rejoindre en octobre la mission française à Hanoï.

Revenu à la vie civile, Pierre Messmer continue de servir au sein de son corps dorigine et mène la vie nomade et trépidante dadministrateur de la France doutre-mer en Indochine, en Mauritanie, en Côte-dIvoire et au Cameroun.

Après une vie de soldat puis dadministrateur, Pierre Messmer se met au service des Français et commence une longue carrière politique. Député, maire, conseiller général, puis président de conseil régional, il occupe de nombreuses responsabilités gouvernementales dont celles de ministre des dom-tom, de la Défense puis de Premier ministre.

Nommé par le général De Gaulle, ministre des Armées en janvier 1960, il assume cette fonction pendant près de 10 ans. Pierre Messmer a marqué de façon durable ce ministère en jouant un rôle essentiel dans la préparation et lévaluation de larme nucléaire et dans la réforme des armées. Outre le domaine de la dissuasion, son nom reste attaché à la modernisation de nos équipements militaires à travers de grands programmes industriels dont il fut linitiateur comme le missile Exocet et le Jaguar.

Corps et âme, Pierre Messmer est resté toute sa vie un soldat pour qui « le sens de lhonneur était puissance daction et refus de ce qui est bas et vulgaire ».

Je salue avec émotion la mémoire et le témoignage de Pierre Messmer qui refusait avec le général De Gaulle que la France soit un Etat « suiveur » mais voulait ardemment quelle soit un Etat « pionnier ».

Mes pensées et ma sympathie vont à sa famille et à ses proches à qui jadresse, en ces heures douloureuses, mes plus sincères condoléances. Jassocie à cet hommage, tous ses compagnons darmes et en particulier ses frères légionnaires auxquels il était si fidèle.

Homme despérance, Pierre Messmer aimait citer cette phrase du général De Gaulle : « Lavenir dure longtemps ». Je sais que lengagement de Pierre Messmer restera gravé dans la mémoire des Français.