Face à une évolution préoccupante de l'accidentalité en agglomération et aux drames provoqués, le gouvernement a décidé de mobiliser l'ensemble des acteurs qui oeuvrent au quotidien pour la sécurité routière en France.
Cette année, la Semaine de la Sécurité routière, qui se déroule du 16 au 23 octobre 2006, est dédiée à la sécurité routière en agglomération.

Dans le même temps, la Sécurité routière lance une nouvelle campagne de sensibilisation consacrée à la limitation de vitesse à 50 km/h en ville, troisième temps fort de la communication consacrée au respect des limitations de vitesse en 2006.

7 accidents corporels sur 10 ont lieu en agglomération (1)

Dans un contexte d'amélioration générale de la sécurité sur les routes (baisse de 4,7 % du nombre de personnes tuées en 2005 par rapport à 2004), on déplore une augmentation sensible du nombre de personnes tuées en milieu urbain : ce sont ainsi 1 739 personnes qui sont décédées (+ 7,3 % par rapport à 2004) et 74 190 personnes blessées en milieu urbain en 2005. Les piétons, cyclistes, cyclomotoristes et motocyclistes constituent les principales victimes de ces accidents.
Contrairement à certaines idées fausses, les accidents de la route ne s'arrêtent donc pas en ville. Et ces accidents ne sont pas que matériels (tôle froissée), mais bien corporels pouvant être mortels.
C'est pourquoi le Comité interministériel de la sécurité routière du 6 juillet 2006 a décidé de consacrer l'édition 2006 de la Semaine de la Sécurité routière à la sécurité routière en agglomération.

Des milliers d'initiatives locales pendant la Semaine de la Sécurité routière, du 16 au 23 octobre 2006

Le thème privilégié pour cette septième Semaine de la Sécurité routière fédère quelque 3 000 manifestations organisées par l'ensemble du réseau Sécurité routière (services de l'État, collectivités locales, associations et entreprises partenaires), et des centaines d'autres initiatives privées.

Une campagne nationale de sensibilisation pour démontrer la nécessité de respecter la limitation de vitesse en ville : 50 km/h

Un film de 30 secondes est diffusé sur les chaînes de télévision généralistes hertziennes et sur certaines chaînes câblées du 15 octobre au 5 novembre 2006. Dans ce film, la Sécurité routière réaffirme la légitimité de la règle en mettant en scène un accident lié à un excès de vitesse dont un piéton est victime : " À 60 km/h, il faut 8 mètres de plus pour s'arrêter qu'à 50 km/h.
Une campagne d'affichage est également déployée en milieu urbain du 18 au 25 octobre.
Cette communication invite les automobilistes au meilleur respect des limitations de vitesse en ville. Elle souhaite démontrer qu'il suffit d'un petit dépassement de quelques km/h pour qu'un piéton percuté par un véhicule subisse un choc aux conséquences dramatiques.

Tour à tour automobiliste, motocycliste, cyclomotoriste, cycliste, piéton, chacun d'entre nous doit respecter le code de la route, s'adapter aux conditions spécifiques de circulation des uns et des autres, adopter une attitude courtoise et être particulièrement vigilant.

(1) Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), bilan 2005.
Chiffres incluant les départements d'outre-mer, selon le décompte des personnes tuées à 30 jours après l'accident.