Dans son édition du 26 mai 2005, sous le titre « Retard en vue pour l'EPR français », L'Usine Nouvelle affirme que « les obstacles industriels s'accumulent pour construire l'EPR de Flamanville d'ici à 2012 comme prévu ». AREVA serait « en surchauffe » et nos capacités de production « insuffisantes ».

Il n'en est rien. AREVA est aujourd'hui tout à fait en mesure de respecter le calendrier indiqué par EDF et ne manque pas pour ce faire de capacité de production. Rappelons tout d'abord que la forge des composants de la centrale n'a jamais été de la compétence d'AREVA, mais de fournisseurs extérieurs. Pour l'une des viroles de la cuve de l'EPR, AREVA fera appel au forgeron japonais JSW qui est pour le moment le seul au monde capable de couler et de forger cette pièce de 400 tonnes. Les autres pièces forgées seront approvisionnées auprès des forgerons disponibles, tant en France qu'à l'étranger, dans l'objectif d'optimiser plans de charge et délais de livraison, comme cela a toujours été le cas par le passé.

A propos de l'usinage des pièces de l'EPR, je vous confirme qu'AREVA possède tous les savoir-faire nécessaires. Pour la cuve du réacteur finlandais, c'est le plan de charge de l'unité de Chalon et non ses capacités techniques qui nous a incités à faire réaliser son usinage par Mistubishi Heavy Industries. Cette décision relève de la simple rationalité économique et géographique. La proximité, au Japon, de la forge et du site d'usinage permettait notamment des gains de temps importants pour livrer la pièce en temps et en heure sur le site d'Olkiluoto.

Pour remettre en perspective l'histoire de l'usine de Chalon, rappelons enfin qu'elle était menacée de fermeture en 2000. AREVA a refusé ce scénario en 2001 et a repositionné l'usine sur le marché américain des gros composants de remplacement. Cette stratégie commerciale a été couronnée de succès. L'usine réalise aujourd'hui 60 % de son chiffre d'affaires sur le marché très concurrentiel des Etats-Unis. Entre 2004 et 2006, AREVA a décidé d'y investir 30 millions d'euros et d'y embaucher 250 salariés qualifiés, entraînant une diminution très significative de la moyenne d'âge du personnel.

En conclusion, dès signature du contrat portant sur la livraison des pièces de la chaudière de l'EPR français, le groupe possèdera toutes les capacités de production et de savoir-faire pour lancer leur fabrication et tenir les délais. Comme l'a confirmé EDF, il n'y a aujourd'hui aucun retard sur l'échéancier initial.
 

Contact Presse AREVA


  Service de Presse :
Charles Hufnagel / Patrick Germain
Tél : 01 44 83 71 17 - Fax : 01 44 83 25 52
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.