Les associations locales de l'UFC-Que Choisir saisissent les tribunaux

Le 16 mai 2006, des centaines de consommateurs, adhérents de l'UFC Que Choisir (1) et victimes partout en France de l'opérateur Free, vont saisir la justice.

Il n'est plus acceptable qu'un opérateur provoque l'envahissement des permanences « litiges » des associations locales de l'UFC Que Choisir. Une grande partie des problèmes rencontrés dans le secteur des nouvelles technologies ont pour origine cette société.

Tandis que l'absence ou les interruptions de fourniture du service se multiplient, les consommateurs sont dans l'impossibilité de trouver un interlocuteur pour répondre à leurs demandes légitimes.

Pire, l'opérateur s'obstine a vouloir percevoir, malgré ses propres manquements, le prix de l'abonnement. Il y procède par prélèvements forcés ou en ayant recours aux services de sociétés spécialisées dans le recouvrement qui exercent une pression illégitime et donc scandaleuse sur les consommateurs.

Bien que l'opérateur ait fait l'objet de multiples condamnations par les tribunaux, bien que des tentatives renouvelées d'arrangements amiables aient été organisée par les bénévoles des associations, l'opérateur reste incroyablement autiste.

Les Associations locales de l'UFC Que Choisir somment la société Free de revoir son comportement et ses pratiques commerciales et l'avertissent d'une intensification de la campagne judiciaire lancée ce jour, sur tout le territoire français.

(1) Macon, Carcassonne, Nantes, Val d'Orge, Ain, Etang de Berre, Salon et ses environs, Lille, Marne, Corse du Sud, Haute Saône.