Jeudi 1er Décembre 2005 - communiqué de presse - Alors que nos compatriotes seront occupés par les fêtes de fin dannée, la transcription dans le droit Français de lEuropean Union Copyright Directive (EUCD) sera votée en catimini et en urgence le 23 décembre à lAssemblée Nationale.

La loi DADVSI (Droits dAuteurs et Droits Voisins dans la Société de lInformation) prévoit entre autres linstauration des DRM (Digital Right Management) à tous les étages : interdictions des logiciels de P2P, et du traçage des internautes, et en ce qui concerne les web radios, lobligation de diffuser avec une technologie incluant des DRM (= http://fr.wikipedia.org/wiki/DRM).
 
En plus de réduire la liberté des diffuseurs dutiliser les moyens quils souhaitent pour diffuser et dutiliser des logiciels libres, le DRM est inefficace. Comme tout moyen de protection anti-copie, et à partir du moment où il est possible découter ou visionner une oeuvre, il est également possible de lenregistrer. Exemple : magnétoscopes, magnétophones... Cela a toujours été le cas !. Lenregistrement des radios a toujours été une option possible mais a toujours été très marginale. Cela na pas porté préjudice à la vente doeuvres musicales.

 
Le schéma de lutte contre la piraterie reproduit les craintes que la K7 a connues dans les années 80...
 
Ce genre de solutions, principalement aux formats Real Player et Windows Media Player, coûte très cher en licence, et limite donc la liberté de lutilisateur. La plupart des web radios ne pourront pas financièrement déployer ce genre doutils, et deviendront hors la loi par conséquent. D'autre part, quelle est la position de Bruxelles qui d'une part tente de réguler la position dominante de Microsoft et de l'autre, la France qui impose des technologies fournies par 2 sociétés se partageant en grande partie le marché mondial des services de gestion des DRM ?
 
"Fréquence Electro", le groupe de travail médias de l'association Technopol Paris, et plusieurs web radios, dont Electrone, Lets Go Zik, et Radio 404 sinquiètent de la tournure des événements concernant les web radios, principalement non commerciales.
 
Alors quil est difficile, voire impossible, pour les artistes daccéder aux médias, dont le formatage reste inéluctable, les web radios revendiquent leur rôle dans la diversité culturelle.
 
De plus en plus de pressions sopèrent sur les éditeurs de web radios, alors pourquoi pas passer un joyeux Noël...sans webradios ?
Les web radios réunies demandent aujourdhui une concertation en vue de laménagement dans lapplication du nouveau texte.
 
Un site spécial créé à l'initiative de "la grosse radio" coordonne linformation et laction :
http://www.webradios-france.com.
 
Les web radios participantes au groupe de travail média "fréquence électro" :
http://www.letsgozik.com / http://www.radio404.org / http://www.electrone.net
 
Contact Presse :
> Christophe Vix-Gras, co président de Technopol.
> Mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Technopol
Association pour la défense, la reconnaissance et la promotion des cultures, des arts et des musiques électroniques.
17, rue de lEchiquier, 75010 Paris, France
Mobile : 06 64 20 46 61
Web site :
http://www.technopol.net