Dimanche 22 avril 2007 - Communiqué de presse - Rassembler autour d'un nouveau rêve français


Mes chers compatriotes, Ce soir, le peuple français sest exprimé. Il la fait avec clarté. Après tant de scrutins marqués par la montée de labstention, ce premier tour de lélection présidentielle est une victoire pour notre démocratie. En se rendant massivement aux urnes, les Français ont exprimé leur volonté de ne laisser personne décider à leur place.

En me plaçant en tête de ce premier tour et en plaçant Madame Royal en deuxième position, ils ont marqué clairement leur souhait daller au bout du débat entre deux idées de la nation, deux projets de société, deux systèmes de valeurs, deux conceptions de la politique.

Ce débat, nous avons la responsabilité, Madame Royal et moi, de faire en sorte quil se déroule dans la clarté, dans la sincérité et dans le respect des personnes. Nous avons le devoir de donner à travers ce débat une image de dignité qui soit à la hauteur de la dignité de la fonction présidentielle. Pour ma part je ne changerai pas de ligne de conduite. Je veux dire à Madame Royal que je la respecte et que je respecte ses convictions et que je souhaite que le débat de ce second tour soit véritablement un débat didées. Les Français lattendent depuis trop longtemps, le réclament avec trop de force pour quil soit dénaturé.

Aux 11 millions délecteurs qui ont voté pour moi au premier tour parce quils se sont reconnus dans les idées que jai exprimées, je veux dire merci du fond du cur. Ils mont fait confiance. Je ferai tout pour être digne de cette confiance.

Tout au long de la campagne, jai souhaité madresser à tous les Français au-delà des partis. Jai voulu parler à ceux auxquels on ne parlait plus, aux travailleurs, aux ouvriers, aux employés, aux artisans, aux agriculteurs, à la France qui donne beaucoup et qui ne reçoit jamais rien, à la France qui est exaspérée et qui souffre, celle des banlieues en difficulté, des bassins industriels en déclin, des cantons ruraux abandonnés.

Jai voulu mettre au cur de la politique des valeurs comme lidentité nationale, lautorité, le travail, le mérite. Jai voulu parler de morale. Jai proposé la revalorisation du travail, lécole de lexcellence, la moralisation du capitalisme financier, la révolution du développement durable. Jai dit que ma priorité était de donner à chacun le moyen daccomplir ses rêves, de réaliser ses ambitions, de réussir sa vie.

Ces principes sont le fondement de mon projet politique. Quels que soient les obstacles, je ny renoncerai pas, je ne les renierai pas parce que je suis profondément convaincu que lavenir de notre pays, sa prospérité, sa place dans le monde en dépendent. Comme en dépend le bonheur des Français.

Dans les 15 jours qui restent avant le second tour, je veux dire à tous les Français qui ont peur de lavenir, qui se sentent fragiles, vulnérables, qui trouvent la vie de plus en plus lourde, de plus en plus dure, que je veux les protéger.

Je veux les protéger contre la violence, contre la délinquance, mais aussi contre la concurrence déloyale et les délocalisations, contre la dégradation de leurs conditions de travail, contre lexclusion. Je veux leur redonner le goût dentreprendre, dinnover, le goût de laventure et du risque. Je veux pouvoir leur parler de protection sans être accusé de protectionnisme, comme je veux pouvoir leur parler de la nation sans être accusé de nationalisme.

Je veux parler à tous ceux que la vie a brisés, aux accidentés de la vie, à ceux quelle a usés, à ceux qui sont dans la détresse. Je veux parler aux malades, aux handicapés, aux personnes âgées, à ceux quune pression trop forte a épuisés, à ceux qui ont trop souffert. Je veux leur redonner de lespérance. Je veux leur dire que la France dont je rêve est une France qui ne laisse tomber personne, une France qui est comme une famille où le plus faible, le plus vulnérable, le plus fragile a droit a autant damour, autant de respect, autant dattention que le plus fort, une France où même dans celui qui na plus de force on reconnaît la dignité de lhomme et du citoyen.

Je veux madresser à tous les Français pour leur dire que la société du plein emploi est un moyen et que lobjectif cest la société de la pleine citoyenneté. Je ne souhaite quune chose : rassembler le peuple français autour dun nouveau rêve français, celui dune République fraternelle où chacun trouvera sa place, où personne naura plus peur de lautre, où la diversité sera vécue non comme une menace mais comme une richesse.

Cette France fraternelle, cest celle qui ma tout donné. Je lui dois tout. Et à mon tour je veux tout lui rendre. Cette France fraternelle jinvite tous les Français de bonne volonté quelles que soient leurs origines, leurs croyances, leurs partis à sunir à moi pour quensemble nous puissions la bâtir.

Vive la République !

Vive la France !

Déclaration de Nicolas Sarkozy
Président de l'Union pour un Mouvement Populaire