Paris, le 19 septembre 2005 - COMMUNIQUE DE PRESSE - Allemagne : Emergence dune contestation populaire du libéralisme Cette élection est marquée par deux événements marquants, dun côté ni la CDU ni le SPD nobtiennent une majorité, et sont donc sanctionnés lun et lautre. De lautre, le Linkspartei obtient plus de 8% des voix et devient la quatrième force du pays. Limportance prise dans la vie politique allemande par le nouveau Parti de Gauche est un fait majeur qui traduit la contestation du libéralisme.

Le SPD enregistre un score historiquement bas. Sa politique est fortement sanctionnée. Le malaise social, la colère cherchent une expression politique et les voies dun changement. Avec la présence du nouveau Linkspartei, un espoir est né à gauche. Avec son programme dune politique ambitieuse de redistribution, de justice sociale, de mobilisation des ressources pour une nouvelle croissance par lemploi et le pouvoir dachat, de refus de la guerre comme moyen de la politique, il a permis à de nombreux électrices et électeurs dexprimer politiquement ce qui a fait lobjet de nombreuses luttes ces derniers mois. Lémergence dune nouvelle force alternative à gauche seule force à sopposer au néolibéralisme - , constituée par le PDS, des dissidents du SPD, des syndicalistes et alter mondialistes favorise la constitution dun rassemblement antilibéral et ne laisse pas de terrain à la droite extrême et populiste. La force du « non » antilibéral en France et aux Pays Bas a encouragé cette dynamique.

Ces résultats constituent un fait européen. Cest une nouvelle confirmation que lirruption des peuples sur la scène politique se fait sur la base de lantilibéralisme et de nouvelles ambitions à gauche.

Le SPD est placé devant une responsabilité historique : soit il continue dans la voie néolibérale jusquà former une grande coalition avec la droite, soit il procède à une analyse critique et décide de rompre avec le libéralisme pour gouverner lAllemagne à gauche, ce que les résultats permettent.

Parti communiste français