NON A LA CIRCULAIRE OLIN « Promenons-nous dans les bois pendant que nous en avons encore le droit »

Communiqué de presse - Mercredi 16 Novembre 2005 - Le Codever (Collectif de défense des loisirs verts) et le C.C.C.O. (Collectif contre la circulaire Olin) attendent 3000 représentants de leurs bureaux régionaux, des clubs de randonnée et des professionnels des loisirs verts motorisés, sous la tour Eiffel le 20 novembre. Une « randonnée pédestre » partira alors pour sachever par un pique-nique de protestation devant le ministère de lEcologie et du Développement durable, 20, avenue de Ségur, et le dépôt dune pétition à lattention de la ministre, Madame Nelly Olin.

Cette pétition, actuellement forte de 30.000 signatures, représente toutes les familles du loisir vert motorisé (particuliers, clubs, organisateurs et guides de randonnées, loueurs, constructeurs) de partout en France. Des délégations sont attendues de Champagne-Ardenne, Centre, Bretagne, Normandie, Auvergne, Midi-Pyrénées, PACA, Rhône-Alpes, Aquitaine, Franche-Comté et surtout dAlsace (*).

La circulaire OLIN ouvre la chasse aux loisirs verts motorisés. Cette circulaire Olin du 6 septembre 2005 se juxtapose à la loi du 3 janvier 1991, dite « loi Lalonde », qui autorise, il est utile de le rappeler, la circulation des véhicules à moteurs sur toutes les voies ouvertes à la circulation, fussent-elles publiques ou privées, y compris les chemins ruraux.

« Une voie doit être manifestement praticable par un véhicule de tourisme non spécialement adapté au tout terrain pour que la présomption douverture existe », se contente dindiquer la circulaire.

Elle donne de fait à ladministration, donc à ses agents, le pouvoir subjectif de décider si une voie est carrossable, donc autorisée à la circulation, alors quaucun texte législatif ou réglementaire ne définit cette notion de carrossabilité  

Cette circulaire est donc la porte ouverte à larbitraire le plus dangereux, car les usagers savent dexpérience les administrations concernées réputées pour leurs positions radicalement anti-randonneurs, quils soient dailleurs motorisés, à VTT ou encore à cheval (*).

Cette circulaire Olin témoigne surtout dune méconnaissance profonde du terrain.

La ministre ignore, ou feint dignorer, que les doléances sur lesquelles sappuie sa circulaire, doléances concernant « la présence de plus en plus fréquente de véhicules à moteur dans les chemins », émanent dune écologie intégriste alimentée par des intolérances locales.

La ministre ignore, ou a été mal informée, sur cette « surfréquentation » des chemins. On peut rouler des journées entières sur des chemins, y compris aux portes de lIle de France, sans rencontrer plus de trois ou quatre randonneurs pédestres, des personnes à cheval ou à vélo, quelques chasseurs et un ou deux tracteurs.

Une grande partie des 2 millions de kilomètres de chemin, privée de la fréquentation des loisirs verts motorisés est appelée à disparaître, les collectivités locales avouant elles-mêmes navoir pas les capacités budgétaires à entretenir ce patrimoine.

Quant à limpact sur lenvironnement, aucune étude scientifique sérieuse nest encore venue étayer ce qui jusquà présent ne relève que de la désinformation.

La ministre ignore, ou ne veut pas prendre en compte non plus, limpact économique des loisirs verts motorisés. Elle sait pourtant quils génèrent 25.000 emplois directs, quils font vivre 8000 entreprises, dont 4 fabricants français: Sherco (Gard), Scorpa (Gard), Ligier (Allier) et AXR (Val dOise). Ce dernier vient, en outre de réindustrialiser le site Matra de Romorantin (.), créant ainsi 250 emplois directs.

On ajoutera, pour mémoire, que la seule vente de motos « tout terrain » neuves rapporte annuellement 60 millions deuros de recettes fiscales à lEtat. On ajoutera, pour son information, quune manifestation telle que la Grappe de Cyrano, organisée par 700 bénévoles sur 85 communes, assure 1,5 millions deuros de recettes directes chaque année depuis 19 ans en Dordogne.

Ou encore que les loisirs verts motorisés pratiqués à lintersaison dans le Morvan, la Creuse et la Lozère, pèsent plus de 25 % dans le chiffre daffaires des hôtels, gîtes, restaurants et commerces dalimentation. La ministre préfère sans doute faire écho au discours des seuls écologistes radicaux. Il sagit dun discours qui se veut spectaculaire et péremptoire, politiquement correct et démagogue, qui pratique lamalgame « randonneur motorisé = voyou ». Et cela, au prétexte fallacieux et diffamatoire que lincivilité serait lapanage des 4x4, des motos ou des quads.

Que la ministre aille marcher dans ce sanctuaire du tourisme vert quest le Tour du Mont-Blanc. Elle pourra y contempler la somme de détritus laissés çà et là. Et prendre un peu de hauteur, pour, par exemple, ne pas perdre de vue que cest le citoyen qui a un comportement de pollueur, et non pas le vététiste, le cavalier, le motard ou lautomobiliste en tant que tel.

Halte donc à cette Circulaire Olin, abusive et ségrégationniste.

Halte à cette directive qui laisse la notion de carrossabilité dune voie à la seule discrétion dagents de lEtat, avec tout ce que cela induit danti-constitutionnalité.

Cest ce que les manifestants, calmes mais résolus, viendront dire le 20 novembre à Madame la ministre de lEcologie.

Cest ce message, cette revendication, quils veulent faire passer et partager : pratiquer leurs activités en pleine nature, en harmonie avec les autres usagers, dans le respect de lautre et de lenvironnement.

Pas plus que ce simple droit de tout citoyen. Mais pas moins ! Le Codever, Le CCCO Porte-parole : Jean-Marc Delcroix, Charles Péot 

Contact Presse :

Agence FLAG :

148 rue Legendre 75017 Paris - Tél: 01 58 60 24 24 Fax : 01 58 60 24 29 Frédérique LIBAUD - E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Sophie FREDERIC - E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

*LAlsace, inquiétant précurseur Des réglementations locales préfigurent assez bien ce vers quoi tend la  circulaire Olin, même si celle-ci ne veut pas le dire explicitement. Depuis 1998, un arrêté du  maire de Willer-sur-Thir (Haut-Rhin), notamment, interdit également aux bicyclettes les chemins forestiers de moins de deux mètres de large. Et dans le parc naturel des Ballons dAlsace, concernant les chemins interdits aux véhicules, outre bien sûrs les voitures et les motos, sa réglementation y ajoute « par extension », le VTT et le cheval