Dominique de Villepin avait choisi l'université de Cergy-Pontoise pour sa seizième conférence de presse mensuelle, un an après les émeutes en banlieue

Son discours s'est concentré pour l'essentiel sur les réformes liées à l'orientation des élèves en 3ème et en terminale, l'affectation dès 2007 d'emplois supplémentaires dans les universités qui mettront en place les dispositifs proposés dans le rapport « Hetzel » sur les liens université-emploi, rendu public mardi, et l'annonce de 75 millions d'euros pour achever des projets de construction de bâtiments universitaires et de logements étudiants. Après le CPE, il est clair que le Premier ministre avait beaucoup à se faire pardonner auprès de la jeunesse scolarisée.

Les quartiers populaires : les laissés pour compte

Les Verts constatent en revanche que les jeunes en difficultés, celles et ceux qui ont été les acteurs de la révolte de l'an passé, n'ont droit qu'au traitement sécuritaire prôné par Nicolas Sarkozy. Le traitement policier des quartiers populaires est le c¦ur de la politique gouvernementale. Le Premier ministre s'est contenté d'annoncer la reconduite des mesures de l'an passé en faveur des associations. Il a apporté surtout son soutien aux mesures les plus contestables du projet de loi de lutte contre la délinquance, comme l'aggravation de peines, qui existe déjà dans la loi, contre les agresseurs de représentants de l'ordre public. Il a parlé de sanctions, de comparutions immédiates et peu d'égalités des droits et de citoyenneté.

Les Verts notent que les enjeux démocratiques se limitent pour Dominique de Villepin au fonctionnement institutionnel sans prendre en compte la volonté de participation citoyenne et de diversité dans la représentation. Opposé, à juste titre, aux jurys citoyens, il propose la retransmission télévisuelle du conseil des ministres. Les Verts auraient aimé que le Premier ministre se prononce, en cette période de votation citoyenne, sur le droit de vote et d'éligibilité des résidents étrangers non communautaires. Contrairement aux gadgets, cette mesure changerait radicalement la démocratie. Interrogée sur le troisième aéroport, la Ministre de l'environnement a donné sa réponse : «c'est oui ou non». Les Verts dénoncent son manque de clarté.


Sergio Coronado, Porte-parole