Paris, 22 Septembre 2005 - COMMUNIQUE DE PRESSE - Il y a cinq ans un rapport parlementaire qualifiait de « honte de la République »  les conditions de vie dans les prisons françaises. Cinq ans après, Alvaro Gil-Robles, Commissaire aux droits de lHomme du Conseil de lEurope, à lissue dune mission de seize jours, pointe du doigt notre pays et les conditions de détention dans plusieurs prisons ou lieu de dépôt.

Face à ce constat, maintes fois établit, Nicole Borvo, Présidente du groupe Communiste Républicain et Citoyen du Sénat appelle lensemble des Parlementaires à avoir le courage de prendre leurs responsabilités pour refuser la surenchère pénale et exiger du Gouvernement les moyens urgents et conséquents à la modernisation des prisons.

Parti communiste français