ARS Ile de France - Communique de presse  : en avant toute pour les restructurations ! C'est la rentrée aussi pour l'Agence Régionale de Santé (ARS) d'Ile-de-France. Installée depuis le 1er avril 2010, les ARS constituent le cur de la « réforme » hospitalière de la loi HPST. Pour sa part, Claude Evin, Directeur Général de l'ARS Ile de France, en conformité avec les objectifs de la loi HPST, entre dans le vif du sujet !


L'ARS Ile de France propose de réduire de manière drastique le nombre d'hôpitaux assurant des permanences de soins chirurgicales la nuit, le week-end et les jours fériés.

Le nombre d'hôpitaux assurant les urgences chirurgicales de nuit en Ile-de-France, oscille actuellement entre 6 à 11 par département et passerait à un seul !

Le nombre d'hôpitaux accessibles 24 h/24h, et donc la nuit, dans les sept départements de la petite et grande couronne parisienne pour les urgences chirurgicales chuteraient de 54 à 7.

Pour FO, ces propositions inacceptables, appliquent dans les faits, la loi HPST.

Elles interviennent après :

- l'annonce, cet été, de la publication d'un prochain décret fixant à 1 500 séjours par an le seuil d'activité minimal en dessous duquel les services de chirurgie devront fermer,

- la programmation des fermetures ou des regroupements d'hôpitaux à l'Assistance Public-Hôpitaux de Paris.

Il s'agit bien d'une accélération des restructurations qui vise à réduire l'offre de soins sur l'ensemble du territoire. En effet, il est même évoqué une réorganisation analogue en projet en province !

Ces « ajustements structurels » seraient décidés au nom de la qualité et de la sécurité des patients. En fait, nous sommes confrontés, dans le secteur de la santé, comme dans l'ensemble de la fonction publique, à la réduction des dépenses, décidée au nom du respect des critères de convergence européens.

Nous avons ici une conséquence de cette politique, qui affecte directement l'emploi hospitalier et l'offre de soins avec son cortège de suppression de postes, de lits, de services, avec au final une aggravation des conditions de travail pour les personnels et de prise en charge de la population.

FO dénonce cette politique de restriction appliquée à l'hospitalisation publique et continue de revendiquer le maintien des activités des hôpitaux, ainsi que les moyens adéquats pour répondre à l'ensemble des besoins de la population.


Fédération des personnels des services publics et des services de santé FORCE OUVRIERE 153 - 155 rue de Rome 75017 PARIS - ( 01 44 01 06 00 - * Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.