republique et socialisme.jpgLes budgets nationaux sous surveillance

Le Conseil des ministres de l'Union européenne vient de prendre une décision lourde de conséquence quant au fond et inacceptable quant à la forme au regard de notre histoire et de nos institutions. L'autorisation d'examen préalable par la Commission européenne des budgets nationaux et l'application de sanctions préventives revient à retirer à la souveraineté populaire le libre choix de ses décisions en octroyant de facto un droit de véto à cette institution autoproclamée pour la mise en uvre en Europe de la doctrine libérale la plus anti sociale qui soit.

République et Socialisme ne peut accepter une telle violation de la souveraineté populaire et une telle régression de la démocratie.

Remplacer les décisions des élus par les seules techniques des  comptables et des commissaires aux comptes semble être la seule vision des édiles Européïstes.

De cette Europe là, République et Socialisme n'en veut pas, et rappelle que depuis une certaine nuit du 4 août personne ne peut s'autoproclamer au dessus de la souveraineté du peuple.

A défaut cela reviendrait à dire que la représentation nationale n'a plus d'existence réelle.