Communiqué de presse - Dimanche 23 Octobre 2005 -  Jai attentivement écouté le débat récent opposant M. le premier ministre et le n°1 du P.S. Le sujet de la santé y était abordé, mais pas son principal défaut, à savoir que la médecine ne sait pas ou ne veut pas redonner la santé de manière durable et économique !

Ainsi peut-on retourner le problème dans tous les sens et chaque parti prétendre donner des solutions meilleures, le contexte est abordé de manière trop étroite : des variables ont été omises ! Les vraies difficultés, en voulant « prendre ce taureau par les cornes », résident : 1.dans le fait de faire comprendre la place du facteur spirituel dans la maladie (70% des maladies sont psychosomatiques) et de faire prouver par une religion les solutions proposées et les faire accepter par le public et les responsables concernés dans un Etat laïque, cest un tour de génie ! 2. Avoir le courage de montrer les abus des laboratoires pharmaceutiques qui pèsent bien trop lourd sur la dette sociale. Ceux-ci sont puissants et savent faire pression. Il font plus de bénéfices que la haute finance et linformatique ! Pourquoi a-t-on des malades alors ? Pour enrichir ces laboratoires ? Ils essaient de continuer dans ce sens en cherchant à instaurer un dépistage arbitraire de maladies imaginaires très tôt chez nos enfants afin de pouvoir leur administrer des drogues psy ! Tout nest pas mauvais dans ce domaine, loin sen faut, car nous avons besoin de spécialistes pour soccuper de laspect mécanique de la santé. Mais notre société matérialiste doit réhabiliter le facteur spirituel si  elle veut survivre en tant que société humaine et non un ensemble de machines régies par la chimie (La psychologie a généralement trahi ce facteur en reniant létymologie même de son domaine on ne parle plus dâme mais de cerveau). Mais en réhabilitant les individus, en clarifiant les difficultés quils ont avec leur environnement, des gens en bonne santé sont capables dassumer leur travail au lieu dêtre au lit, ce qui crée plus de revenus et donc un meilleur équilibre économique. 
 Je fais écho à un grand philosophe réaliste et pragmatique en soulignant que ce qui a été longtemps attendu et a pu faire défaut aux religions jusquà récemment, à léchelle de lHistoire entière,  ce sont des solutions et un savoir-faire concret pour améliorer le sort de chacun immédiatement et à plus long terme.  Même si lesdites religions partaient dun bon sentiment et possèdent des principes valables pour améliorer la paix sans toutefois la garantir, une base philosophique et scientifique leur manquait pour apporter des réponses aux problèmes parfois titanesques de ce monde. Regarder bien en face le fonctionnement et le futur de la société demande, vous le savez, du courage et de lentendement, surtout pour trouver des solutions.
 Il se trouve quaujourdhui lesdites solutions existent pour nettement accroître la conscience des individus et leur esprit dinitiative, ainsi que leur santé, incidemment (comme conséquence), pas à coup dabracadabras mais de méthodes sensées et précises. Cest ici que la religion doit apporter sa contribution. Elle ne saurait sintéresser spécifiquement à la santé, car son domaine est lesprit, mais aussi parce quelle courrait le risque, a fortiori en France, daccusation de pratique illégale de la médecine. Lironie de la situation est que le domaine de la santé est un échec ! La médecine est loin dêtre à 100% efficace, sinon nous aurions bien moins de malades et pas de déficit de la sécurité sociale. Ainsi léquation économique de ce domaine est-elle faussée.

   Des  personnes se battent courageusement pour la santé, notamment le Dr Rath, dAllemagne (Cf revue « Rath international » abordant le problème du cancer, la défense des vitamines, etc.), Pierre Lance dans « SAVANTS MAUDITS CHERCHEURS EXCLUS», et Andrew Goliszek  dans « Au nom de la Science » dénonçant les scandales médicaux. De manière plus générale, de nombreuses personnes de valeur peuvent prouver leur contribution potentielle aux problèmes économiques, en particulier les solutions énergétiques. Encore faut-il quelles puissent se faire entendre et soient libres de graves menaces. Un véritable dialogue doit être établi, et chacun doit avoir une chance de contribuer, quil soit bardé de diplômes ou non. Pourquoi ne parle-t-on quasiment que de mauvaises nouvelles à la télé au lieu de faire savoir ce qui se fait de bien ? Veut-on faire croire à lhomme quil ny a aucun espoir afin quil ne cherche aucune solution ? pour quil se mette à faire nimporte quoi puisque, de toutes manières, cest foutu ? (Cest un facteur encourageant la criminalité)
    La responsabilité pour le message dune nation, cela demande de la communication et de lintérêt pour son pays. Cela demande daccepter de laide de la part de ceux qui la proposent, ainsi devraient ils être écoutés. Des tables rondes de ceux qui ont des solutions aux divers fléaux de la société devraient être organisées et les solutions testées. Il ne doit pas juste y avoir des politicien qui pensent et ordonnent des solutions et dautres qui subissent. Il doit y avoir une synergie composée de communication. Les gouvernements ont malheureusement tendance à omettre ce facteur vital, et cela leur coûte très cher, ainsi quà la société. Un gouvernement est un ensemble de personnes travaillant pour le bien public et servant le public.