CNRSVendredi 14 Octobre 2005 - Communiqué de presse - Le 12 octobre 2005, le Centre d'études nucléaires de Bordeaux-Gradignan (IN2P3-CNRS/Université Bordeaux 1) et le laboratoire Chimie nucléaire analytique et bio-environnementale (CNRS/Université Bordeaux 1) inaugurent la plate-forme AIFIRA, pour les applications interdisciplinaires de faisceaux d'ions en région Aquitaine. Chercheurs et industriels l'utiliseront pour des études concernant l'environnement, la santé, les nouveaux matériaux, l'archéologie etc.

Avec cette plate-forme unique en France, la communauté scientifique disposera d'un accélérateur d'ions de dernière génération. Seules trois autres machines de ce type existent dans le monde. L'accélérateur délivrera des faisceaux d'ions de basse énergie (quelques millions d'électrons-volts) particulièrement stables. Il alimentera cinq lignes de faisceau dédiées à des recherches fondamentales et appliquées dans toutes les disciplines, notamment :

·          environnement : effet des nanoparticules, bio-accumulation et effets cancérigène des métaux, contrôle et impact de la pollution urbaine ;

·          radioprotection : impact des rayonnements ionisants à faible dose sur les cellules vivantes ;

·          nucléaire : incinération et transmutation des déchets, recherche de nouveaux combustibles ;

·          matériaux : caractérisation de nouveaux matériaux pour les prothèses, dosages et répartition spatiale d'éléments légers dans des matériaux ultra-durs et en couches minces, analyse de matériaux archéologiques et culturels.

Chaque ligne aura sa spécificité :

·          ligne « nanofaisceau » : irradiation à l'échelle de 50 à 300 nanomètres ;

·          ligne « microfaisceau » : irradiation à l'échelle du micromètre ;

·          ligne de neutrons rapides monoénergétiques ;

·          ligne de faisceau « extrait à l'air » : au lieu de placer l'échantillon à étudier dans une enceinte sous vide, on pourra le laisser à l'air libre pendant l'analyse ;

·          ligne automatisée en macrofaisceau.

C'est la possibilité d'utiliser à la fois des neutrons et des faisceaux nanométriques qui fait d'AIFIRA un outil unique en France. L'accélérateur est implanté sur le campus du Haut-Vigneau à Gradignan, dans un nouveau bâtiment. Le coût total de la plate-forme s'élève à 2,7 millions d'euros. Il a été soutenu par le CNRS, l'Université Bordeaux 1, les fonds structurels FEDER et la région Aquitaine.

Les industriels auront accès à cette machine, soit en nouant des partenariats avec les chercheurs, soit par l'intermédiaire de la cellule de transfert ARCANE (Atelier Régional de Caractérisation par Analyse Nucléaire Elémentaire), qui effectuera des prestations de service pour des entreprises.

Dimanche 16 octobre, lors d'une journée portes ouvertes (de 10h à 18h), la plate-forme sera présentée au grand public.



Contacts :
Contacts chercheurs :
Philippe Moretto, Tel : 05 57 12 08 96, Mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Thierry Reposeur, Tél : 05 57 12 08 94, Mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Contact IN2P3/CNRS :
Dominique Armand, Tél : 01 44 96 47 51, Mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Contact presse :
Claire Le Poulennec, Tél : 01 44 96 49 88, Mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.