Communiqués de presse CNRSCommuniqué de presse - Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent de mettre en évidence les mécanismes cellulaires impliqués dans la polykystose rénale, une maladie génétique très invalidante qui altère le fonctionnement du rein. Les auteurs ont montré que la dilatation des tubules rénaux à l'origine de la formation de kystes est liée à une croissance désorganisée des cellules qui les composent. Ces travaux, publiés dans la revue « Nature Genetics » permettent de mieux comprendre les premières étapes de cette maladie génétique et constituent une avancée importante pour mieux cibler la recherche des nouvelles voies thérapeutiques.

La polykystose rénale, ou « Polycystic Kidney Disease » (PKD), est une des maladies génétiques les plus répandues dans le monde, devant la mucoviscidose ou la dystrophie musculaire, avec 12,5 millions de personnes atteintes. La PKD est caractérisée par une augmentation progressive du diamètre des tubules rénaux jusqu'à la formation de kystes. Ces kystes deviennent de plus en plus importants et finissent par empêcher le fonctionnement normal de l'organe. Aucun traitement ciblé de la maladie n'existe encore et les patients atteints des formes graves, dont les reins ne fonctionnent plus (environ un patient sur deux au cours de sa vie), doivent être traités par dialyse (traitement de suppléance de la fonction rénale) ou par transplantation rénale.

Si l'on sait que les kystes se développent à partir des tubules du rein, personne ne connaît encore les mécanismes qui provoquent leur formation. Evelyne Fischer et Marco Pontoglio, dans l'Unité d'Expression génétique et maladies, (Institut Pasteur CNRS), et dirigée par Moshe Yaniv, en collaboration avec l'équipe de Jean-François Nicolas, Unité de biologie moléculaire du développement, (Institut Pasteur CNRS), ont dévoilé les mécanismes mis en uvre au cours du développement rénal, dont le dysfonctionnement est à l'origine de la maladie. En étudiant la phase d'allongement des tubules pendant le développement, les chercheurs ont montré que les cellules qui constituent ces tubules se divisent d'une manière très coordonnée selon l'axe tubulaire. Cette coordination permet aux tubules qui s'allongent de conserver un diamètre constant. Les auteurs ont montré que cette coordination est perdue chez des animaux ayant une polykystose rénale, due à des mutations dans des gènes responsables de polykystose chez l'homme. Les cellules des tubules passent ainsi d'une division cellulaire unidirectionnelle très contrôlée à une orientation aléatoire à l'origine de la dilatation tubulaire et de la formation des kystes.

 

De nombreux efforts ont été entrepris depuis plusieurs années pour étudier plus intensivement les maladies génétiques qui frappent durement de nombreuses familles. Malgré des efforts accrus, beaucoup de points d'ombres entouraient encore les mécanismes de déclenchement de la polykystose rénale. Les travaux des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS représentent un nouvel espoir dans la compréhension de la maladie et devraient ouvrir de nouvelles voies thérapeutiques pour la combattre.

Références :
«Defective Planar Cell Polarity in Polycystic Kidney Disease». Nature Genetics, Novembre 2005

Evelyne Fischer1, Emilie Legue2, Antonia Doyen3, Faridabano Nato3, Jean-François
Nicolas2, Vicente Torres4, Moshe Yaniv1 and Marco Pontoglio1

1.Unité d'Expression génétique et Maladies, Institut Pasteur-CNRS FE 2850
2.Unité de Biologie Moléculaire du Développement , Institut Pasteur-CNRS URA 2578
3.Plate-Forme de Production de Protéines recombinantes et d'Anticorps, Institu Pasteur
4.Division of Nephrology, Mayo Foundation, Rochester, Minnesota, USA


Contacts :
Institut Pasteur, Service de Presse :
Nadine Peyrolo ou Bruno Baron: tél : 01 44 38 91 30 - courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CNRS, Service de Presse :
Gaëlle Multier, tél. : 01 44 96 46 06, courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.