bachelot.jpgLe réacteur nucléaire Jules HOROWITZ au service de la médecine nucléaire

Roselyne BACHELOT-NARQUIN, ministre de la Santé et des Sports, a visité hier à Cadarache en compagnie du Premier ministre François FILLON, le site du futur réacteur nucléaire Jules HOROWITZ.

Ce réacteur sera un outil de recherche au service de nombreux secteurs dactivité, au premier rang desquels la médecine nucléaire. Sa production permettra de satisfaire 25% puis, à terme, 50% des besoins européens en technétium. Le technétium est le plus courant, le plus ancien et le mieux connu des radioisotopes. Son utilisation est primordiale dans le domaine de limagerie diagnostique, la scintigraphie osseuse et la scintigraphie cardiaque étant les plus courants des actes de diagnostic réalisés avec le technétium. Il est également utilisé en thérapeutique, pour traiter certains cancers comme celui de la thyroïde. Or, depuis 2008, des tensions sont apparues sur le marché mondial du technétium. Les principaux réacteurs producteurs du technétium sont anciens et sarrêtent pour des périodes de maintenance de plus en plus longues. En 2015, ils devraient sarrêter définitivement.

Cette question avait été inscrite, à la demande de la ministre de la Santé, à lordre du jour de la réunion informelle des ministres de la Santé de lUnion européenne qui sest tenue à Angers en septembre 2008.

Dans ce contexte, la construction de ce réacteur sur le site CADARACHE, représente une opportunité remarquable. En produisant du molybdène, le précurseur du technétium, il participera à la sécurisation de lapprovisionnement de lUnion européenne. Le financement de ce chantier par les ressources du Grand Emprunt illustre parfaitement la convergence entre les objectifs de la recherche et les objectifs de santé.

Contact presse :

Service de presse du ministère de la santé et des sports
Tél. : 01 40 56 40 14