Risques liés à lutilisation de certaines substances chimiques

Au nom du principe de précaution, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative et Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire dEtat chargé de lécologie, proposent des mesures et des outils dinformation sur les risques liés à lutilisation de certaines substances chimiques, notamment à destination des femmes enceintes et des jeunes enfants.

Dans lensemble des pays industrialisés en effet, la fertilité humaine saltère avec notamment une diminution de la production spermatique de 50% en 50 ans, un doublement de lincidence du cancer du testicule et de certaines malformations génitales. Les causes sont multiples, mais les produits chimiques semblent porter une responsabilité, notamment celle liées aux perturbateurs endocriniens.

Face à cette situation, Roselyne Bachelot-Narquin engage plusieurs actions :
Poursuivre les études scientifiques, notamment celles financées par le ministère de la santé depuis 1995.

Entreprendre une expertise collective de lINSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) sur la mutagénèse et la reprotoxicité des produits classés CMR 3, dont les effets sont non prouvés chez lhomme ou lanimal mais pour lesquels une suspicion deffet CMR existe.

Réévaluer le risque des cosmétiques pendant la grossesse et chez le jeune enfant avec lAFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé).

Mener une campagne dinformation à destination du grand public, des femmes enceintes ou susceptibles de lêtre, mais également des professionnels de santé, dont les pédiatres, gynéco-obstétriciens et sages-femmes par lINPES (Institut National de Prévention et dEducation pour la Santé). Cette campagne devrait mettre laccent sur les risques potentiels liés à lutilisation de certaines substances chimiques, notamment celles identifiées par lexpertise collective de lINSERM, pendant la grossesse.

Insérer dans le carnet de maternité une information sur le risque potentiel de lutilisation de ces produits pendant la grossesse.

Face à cet enjeu, Nathalie Kosciusko-Morizet réaffirme limportance de la lutte contre limprégnation chimique de lenvironnement, au travers de plusieurs actions :

Continuer le Programme National de Recherche sur les Perturbateurs Endocriniens (PNRPE), mettre en place ses premiers résultats en 2009, et annoncer les projets retenus au titre du deuxième appel doffre en janvier 2009.

Mettre en uvre le règlement REACH, concernant de plus de 30 000 substances chimiques sur 11 ans. Ainsi, au 24 novembre 2007, 3334 entreprises françaises sur 35 058 entreprises européennes se sont déclarées, avec plus de 10 7354 pré-enregistrements.

Appuyer la mise en place du plan ECOPHYTO 2018, conduisant à la réduction de 50 % de lusage des pesticides, si possible dici 10 ans,et au retrait de 53 substances actives les plus préoccupantes, dont 30 avant fin de lannée 2008

Construire un pôle national applicatif en écotoxicologie et toxicologie sappuyant sur un réseau de pôles régionaux, qui conforte les recherches déjà engagées

Ensemble, les ministres de la santé et de lécologie travaillent pour bâtir un environnement respectueux de la santé. Le Plan national santé environnement 2 élaboré en partenariat entre le ministère du développement durable et la santé centre son action sur la lutte contre les inégalités environnementales dont les populations sensibles, les enfants et les femmes enceintes sont la priorité.

Contacts presse
Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative :
01 40 56 40 14

Secrétariat dEtat à lEcologie :

01 40 81 77 87$