Domenech reste ! Communiqué de presse - Il a la presse contre lui, les anciens joueurs et le public à dos. Les cadres de l'équipe le soutiennent, Michel Platini vote pour lui et les membres du conseil fédéral de la Fédération française de football (FFF) sont mitigés à son encontre. Au final, Raymond Domenech devrait être maintenu dans ses fonctions avec un léger recadrage.


L'Italie a mis quelques jours pour régler le problème. La France se pose toujours la question. Roberto Donadoni devait amener la Squadra Azzurra en demi-finale de l'Euro 2008. Il ne l'a pas fait, l'Italie a rappelé Marcello Lippi, son sélectionneur champion du monde. Avec l'équipe de France, Raymond Domenech dispose d'un contrat jusqu'en 2010. Mais sans véritable clause de résultats si ce n'est de qualifier les Bleus pour les rendez-vous internationaux (Euro, Coupe du monde).

Jeudi, le Conseil fédéral de la Fédération française de football (FFF) se réunira pour la forme. Car si l'on en croit les bruits de couloirs, le sort de Raymond Domenech est déjà jeté. Il sera maintenu dans ses fonctions.

Jean-Pierre Escalettes,
qui devrait se représenter à la présidence de la FFF, consulte et négocie les contours de la nouvelle mission qui sera confiée à Domenech. Plus qu'une mise sous tutelle, la FFF va procéder à des ajustements autour de l'équipe de France, confisquée pour beaucoup par Domenech. Le Conseil fédéral devrait donc acter la renaissance d'un "Club France". Un machin dont les contours sont flous mais qui fera plaisir au secteur professionnel. Malgré sa parfaite maîtrise du sens de la communication, Domenech devrait être épaulé sur ce chapitre. Etrangement silencieux dans le débat qui entoure le cas du sélectionneur des Bleus, Gérard Houllier, le DTN, devrait se voir confier une mission. Celle de retoucher le staff de l'équipe de France : nomination d'un adjoint et modification de la structure médicale notamment.

Même si la marge de manuvre de Raymond Domenech se réduit, il n'y a pas de quoi fouetter un chat. Pour avoir été éliminé en quart de finale, Donadoni a perdu son poste. Pour avoir été sorti au premier tour de l'Euro avec un seul point, un seul but marqué et une pauvreté abyssale dans le jeu, Domenech reste l'homme fort des Bleus. Ne cherchez pas la logique, il n'y en a pas. Pas plus que dans le cas de Luis Aragones, détesté de tous après l'élimination de l'Espagne lors du Mondial 2006 et aujourd'hui béatifié par l'Europe entière après le sacre espagnol à Vienne.