Communiqué de presse - Mercredi 14 Décembre 2005 - Michelin a eu l'occasion, à plusieurs reprises, de préciser les conditions de son engagement en Formule 1 : la Formule 1 est considérée par Michelin comme un sport mécanique de très haut niveau technologique. Dans ce cadre le pneumatique est un composant très influent de la performance du véhicule. La liberté laissée aux écuries de choisir leurs pneumatiques est fondamentale. En conséquence, la présence d'une concurrence entre au minimum deux manufacturiers est indispensable ; c'est la condition de base pour qu'il y ait une vraie compétition technique entre pneumaticiens stimulant ainsi le progrès, pour le plus grand intérêt du public.

Or il apparaît aujourd'hui que les règles de la F1 vont être modifiées pour imposer un fournisseur unique de pneus.

Après consultation de ses fidèles partenaires (Mc Laren/Mercedes, BMW/Sauber, Renault F1, Honda Racing F1) et de Sir Franck Williams, Michelin est maintenant convaincu que l'évolution vers un seul manufacturier est inéluctable. Michelin exprime son regret de voir ainsi la F1 perdre une partie de sa haute technologie.

A cette orientation de la F1 se rajoutent les changements incessants et sans préavis de réglementations des courses. De telles pratiques rendent toute visibilité pour le futur totalement illusoire.

Dans ce contexte continuer à investir en F1 sur le long terme ne présente plus le même intérêt.

Dès lors, Michelin a pris la décision de ne pas prolonger son engagement en Formule 1 au-delà de la saison 2006.

"Cette décision est l'aboutissement d'un constat de profond désaccord entre la philosophie sportive qui anime Michelin depuis toujours et les pratiques de gestion des autorités de la F1 qui n'offrent plus les garanties d'un environnement suffisamment clair et pérenne pour justifier des investissements sur le long terme", a commenté Monsieur Edouard Michelin.

"Quitter la Formule 1 pour Michelin ne représente nullement un abandon des sports mécaniques auxquels la marque Michelin est très attachée depuis 117 ans. Si les conditions de fonctionnement de la F1 venaient à être profondément modifiées, Michelin proposerait à nouveau et naturellement ses services à différentes écuries."

Le retrait de Michelin fin 2006 facilitera probablement l'évolution vers un fournisseur unique de pneus F1 en 2007. Dans cette nouvelle situation, on pourra utilement vérifier si les avantages prônés par la FIA en faveur du monomarque sont démontrés et, en particulier, si l'équité due à chaque écurie est réellement garantie.

Cette décision est rendue publique en décembre 2005 pour respecter les préavis de la FIA et donner le maximum de temps à ses partenaires avec lesquels Michelin n'avait pas d'engagement ferme au-delà de 2006.

En conclusion, Monsieur Edouard Michelin a précisé :

"Quoiqu'il en soit, Michelin mettra tout en uvre en 2006 pour assurer à ses partenaires le meilleur service et les meilleurs pneumatiques pour les aider à gagner au cours de la prochaine saison, comme cela a été le cas depuis son retour en Formule 1 en 2001. Michelin aurait aimé pouvoir prolonger son engagement en Formule 1 sur le long terme tant l'exigence de la compétition F1 que la collaboration avec ses écuries partenaires ont été sources de progrès et d'échanges fructueux. Que tous ses partenaires en soient remerciés."