Communiqués de presse, le 18 Mai 2020 - L’extension de la liaison ICE entre Stuttgart et Ulm constitue véritablement le projet du siècle sur le plan de l’infrastructure ferroviaire. Il contient une foule de défis pour l’homme et les machines. La construction du pont de Filstal de 485 m de long représente ici un point clé de ce projet. C’est ici que les nouveaux automoteurs Cometto MSPE de la société Wiesbauer ont passé leur baptême du feu.

 

Cet ouvrage se dresse fièrement à proximité de Mühlhausen im Täle et il comptera deux voies à la fin de son parachèvement. Avec une hauteur de 85 m, il est le troisième plus haut pont ferroviaire en Allemagne. Cette construction est assurée par l’association des entreprises Max Bögl et Porr. Avec sa longueur totale de 485 m, il suit la nouvelle gare centrale de Stuttgart sur la liste des plus grands ouvrages individuels de la Deutsche Bahn AG pour cette ligne ICE. Dès 2022, les trains à grande vitesse franchiront ce pont à 250 km/h en seulement sept secondes.

 

Les véhicules auto-propulsés SPMT déplacent un cintre autolanceur de 350 t

Mais avant d’y arriver, ce tronçon du projet progresse pas par pas, grâce à un processus tout particulier. Il convient en effet de transporter le cintre autolanceur bleu de 85 m de long, lequel couvrait jusqu’à présent la distance d’un pilier de pont à l’autre et maintenait les coffrages sur les flèches jaunes lors du coulage du béton.

Alors qu’en dessous, la circulation sur l’A8,le Drackensteiner Hang, continue en direction de Munich, les derniers préparatifs ont lieu tout en haut pour ce convoi exceptionnel unique en son genre. Il s’agit d’un projet que le chef de chantier Daniel Welsch de la société Porr a planifié et peaufiné jusque dans les moindres détails pendant des mois. « Dans notre timing, nous avons au préalable représenté chaque phase de la tâche de transport. Ce faisant, nous avons également déterminé les forces agissant sur les véhicules auto-propulsés Cometto SPMT », rapporte-t-il au sujet de l’une des nombreuses sessions de brainstorming.

 

Les calculs préalables simulent la stabilité

Comme il y a un courant d'air permanent dans une vallée, la thématique du vent devait également être prise en considération. « Et c’est ici que nos ingénieurs interviennent », explique Joachim Kolb, responsable commercial auprès du fabricant des automoteurs Cometto. « Afin de garantir la stabilité pendant toutes les phases du transport, nous avons effectué des calculs avec des vitesses de vent de 36 km/h, de 72 km/h voire même de 100 km/h dans l’éventualité d’une tempête. »

 

Première utilisation des nouveaux automoteurs Cometto de Wiesbauer

Comme la société Wiesbauer de Bietigheim-Bissingen était déjà présente depuis plusieurs mois sur ce chantier avec différentes grues mobiles, elle posa sa candidature pour la réalisation de ce convoi exceptionnel - et décrocha d’emblée le contrat. C’était une première pour Wiesbauer qui faisait ainsi ses débuts dans le domaine des véhicules auto-propulsés et s’adressa pour ce faire à Cometto pour l’équipement.

20 lignes d'essieux SPMT avec une charge d'essieu de 48 t et deux unités Powerpack de 202 kW furent ainsi commandées chez Cometto fin 2019. Et malgré le grand impact de la pandémie de coronavirus, les véhicules furent livrés en temps voulu pour cette mission importante sur le pont. « C’est ici qu’ils ont eu leur baptême du feu », affirme avec enthousiasme Jochen Wiesbauer au sujet de ces nouvelles possibilités.

 

Une formation ouverte en parfaite harmonie

Le cintre autolanceur est déplacé en formation ouverte. D’un côté deux unités MSPE à 4 essieux de Wiesbauer disposées side-by-side et de l’autre, à 58 m de distance, une unité MSPE à 6 essieux de l’entreprise sous-traitée Krebs Korrosionsschutz de Rostock. Les spécialistes du nord de l’Allemagne jouent également un rôle-clé au sein de ce projet particulier.

Dans ce cas précis, les calculs préalables avaient octroyé un roulis maximum admissible de 4,58 % à une vitesse de vent de 72 km/h. Afin de respecter scrupuleusement ces valeurs-clés, le transport dut être avancé d’un jour en dernière minute . En effet, une profonde dépression était annoncée, ce qui aurait pu perturber le processus de transport. La rapidité et la précision sont donc de mise pour respecter le calendrier très serré.

Les deux responsables de transport Jörg Neuhäusel de chez Krebs et Leonard Schmid de chez Wiesbauer posent et programment le câble de données entre les unités Powerpack de manière à ce que le convoi complet puisse être manœuvré avec une seule commande à distance. Ils tracent également une ligne sur le pont à l’aide d’un cordeau à craie, le long de laquelle le transport doit impérativement être manœuvré.

 

Transfert spectaculaire de l’immense charge

L’impressionnante constellation démarre ainsi côté Ulm du pont et franchit à une vitesse de 0,5 km/h les 485 m en direction de Stuttgart. Le conducteur Jörg Neuhäusel - un des spécialistes de Krebs Korrosionsschutz - surveille en permanence la pente transversale : « Nous ne dépassons à aucun moment une pente de 1,5 % – tout est clean ! », affirme l’employé expérimenté avec calme et une prise d’humour.

Peu avant la position finale, l’association d'entreprises a installé une voie de manœuvre transversale. Elle sert à la manœuvre ultérieure du cintre autolanceur jusqu’à la position du second axe du pont. Et il s’agit maintenant de franchir la première poutre de cette voie.

C’est pourquoi une seconde combinaison d’unités Cometto SPMT à 6 essieux se tient prête, également dans une disposition side-by-side. La course d’obstacles à hauteur vertigineuse peut commencer : les deux bogies à 4 essieux « remettent » la charge aux deux automoteurs à 6 essieux via la première voie de manœuvre transversale. La distance d’appui passe ainsi à pas moins de 71,90 m, le poids total de la charge et des véhicules atteignant les 438 t.

 

Déplacement minutieux d’un poids énorme

La combinaison continue ensuite en direction de Stuttgart, les bogies à 6 essieux devant encore revenir en arrière de 17,40 m avant de déposer - après une nouvelle avance - le cintre autolanceur sur la seconde voie de manœuvre transversale. Ceci s’accompagne d’une mesure précise de la position par les ingénieurs du chantier.

Jörg Neuhäusel déploie toute sa routine lors de ces manœuvres. Il réduit la puissance des unités Powerpack à 20 % sur le potentiomètre de la commande à distance puis déplace l’immense combinaison au millimètre près jusqu’au point souhaité. Le chef de projet Thomas Reuschel de chez Max Bögl au sujet de ce coup de force final : « On n’aurait pas pu faire mieux ni plus précis ».

Mission accomplie ! Grâce à l’interaction parfaite des différents partenaires, le projet de parachèvement du pont de Filstal a franchi une étape importante !

Une première en Allemagne !

 

Le système de location « cross-hire rental » des modules de transport automoteurs

Dans le cadre de ce projet de transport sur le pont de Filstal, c’était la toute première fois que des lignes d'essieux SPMT de Cometto étaient utilisées en mode de location « cross-hire rental ». En effet, outre les 20 lignes d'essieux et les deux unités Powerpack du parc de véhicules de Wiesbauer, des unités MSPE de la société Krebs Korrosionsschutz de Rostock étaient également de la partie. Il s’agissait en particulier de 6 lignes d'essieux MSPE Cometto supplémentaires et d’une unité Powerpack de 202 kW. Ceci montre que le regroupement des forces et le matériel compatible peuvent former une équipe gagnante.



logo communique presse footer

Suivez-nous !

Suivez communique-de-presse.com sur Twitter afin d'être informé de toutes les actualités.Retrouvez tous les communiqués de presse diffusés et nos actualités sur notre page facebook.Rejoignez communique-de-presse.com sur LinkedInFlux RSS de toutes les catégories de communique-de-presse.com