Comment rédiger un communiqué de presse ? , le 31 Décembre 2019 - Le Pasteur Gwang-Hoon Jeon appelle à la démission du Président sud-coréen Jae-In Moon. Faisant l'objet de poursuites judiciaires, le Pasteur Jeon démarre une offensive avec ses fidèles contre le Président Moon qui réagit par une enquête ajoutant d'autres chefs d'accusation. Blasphémant lors de ces discours, il affirme "tuer Dieu" si cela ne tourne pas à son avantage.


Lors d’une manifestation à La Maison Bleue, Palais présidentiel de la Corée du Sud, le Pasteur Gwang-Hoon Jeon, Président du Conseil Chrétien de Corée (CCK),a prononcé un discours incendiaire à l'encontre de Jae-In Moon, Président Sud-coréen. Encensé par la foule, il a déclaré : " Jae-In Moon a déjà été destitué par Dieu. Autour de qui, la République de Corée tourne- t-elle maintenant ? Je ne vais pas avoir besoin d’entrer en politique. La République de Corée sera centrée sur moi, Pasteur Gwang-Hoon Jeon pour les dix prochaines années. Et il ajouta : “Dieu tiens-toi tranquille !! Ne joue pas au plus malin avec moi. Si Dieu essaye de jouer au plus malin, il est mort. C’est à ce point que je suis proche de Dieu. Dieu, tu seras tué par Gwang-Hoon Jeon, si tu déconnes."

Ces mots étaient ceux du Pasteur Gwang-Hoon Jeon, incontournable révérend presbytérien et qui exerce une influence de l’ombre en Corée. 

 

Suite à l'appropriation par sa congrégation d'un terrain public et à la création frauduleuse d’un établissement bancaire la Korean Church Mission Bank Corp (FSC), il fait face à quelques démêlés avec les autorités coréennes. Les chefs d’accusation retenus sont la violation de la loi bancaire et la contrefaçon de documents ainsi que des poursuites pour détournement de fonds et abus de confiance. Il s'est donc lancé dans une offensive politique visant à destituer le Président sud-coréen et à destabiliser les pouvoirs en place. Multipliant les discours et les rassemblements de fidèles, il présente un réquisitoire politisé et blasphématoire compte tenu du statut religieux du CCK.

 

Souhaitant s’exprimer sur les chaînes de diffusion coréennes, il subit un rejet. Cette situation n’a pas manqué de déchaîner les foudres du Département des Relations Publiques du CCK qui multiplie depuis Novembre 2019, les communiqués de presse et les déclarations à l’encontre de celles-ci espérant des soutiens étrangers.

 

Le pasteur Jeon, a dit et fait savoir que pour les 10 prochaines années, la République de Corée sera dirigée par lui, Gwang-Hoon Jeon. Et, il a également affirmé ceci : “C’est parce que j’ai été oint. Je vis avec le trône de Dieu entre mes mains. C’est moi qui le contrôle. Dieu, ne bouge pas. Dieu, si tu ne m'écoutes pas, alors tu mourras entre mes mains. Voilà à quel point je suis proche de Dieu. Si Dieu ne m'écoute pas, alors il mourra dans les mains de Gwang-Hoon Jeon."

 

La grande organisation religieuse (CCK) dirigée par le Pasteur Jeon a fait l'objet de nombreuses condamnations. Depuis une dizaine d'années, il y a eu plus de 12 000 condamnations pour les crimes commis par les pasteurs membres du CCK. Ils mènent malgré la controverse des programmes de conversion religieuse coercitifs et mortels. Malgré, que ces actes de conversion forcée soient reconnues comme une violation des droits de l'homme, le phénomène semble s'être amplifié au sein du CCK.

Le Conseil Chrétien de Corée (CCK) semble devenir une organisation politique avec la façade d'une organisation religieuse. De nombreux coréens craignent que leur pays - la Corée du Sud - soit pointé du doigt et blâmé par le monde entier comme étant un pays antireligieux, à cause du Pasteur Gwang-Hoon Jeon, le président du CCK. 

 

"Ses rassemblements pourraient être rebutants pour les non-chrétiens parce qu'ils ressemblent à des réunions de réveil de l'église, et certaines de ses remarques, comme sa prétention que le Président Moon est un espion nord-coréen sont propagandistes", a déclaré Gui-Hag Hwang, rédacteur en chef du Law Times de Séoul, spécialisé dans le droit et les nouvelles de l'église. "Mais le fait est que sa stratégie fonctionne, faisant de lui une force qui ne peut être ignorée."

 

Admirateur de Donald Trump et de Marine Le Pen, il partage aussi les idées et idéologies de l’extrême droite conservatrice occidentale. Invoquant les valeurs familiales et religieuses ; et appelant au patriotisme et au nativisme, il s’insurge contre le gouvernement démocrate de Moon. 

 

Manoeuvrant contre le Président sud-coréen, il a lancé une campagne signature de pétition visant la destitution du Président ainsi que de nombreuses manifestations. Après un long silence et un rejet des attaques du Pasteur Jeon contre le président comme «ne valant pas la peine d'être commentées». Le bureau du Président a récemment diligenté une enquête après plusieurs appels du Pasteur Jeon au soulèvement populaire et à la destitution du Président Moon. Ses manifestations illégales et les nombreuses déclarations appelant à la sédition et à la répression nationale contre le pouvoir en place lui valent aujourd’hui de nouveaux mandats d’arrêts avec un chef d’accusation de conspiration séditieuse à son encontre ainsi qu’à deux ses proches collaborateurs à l’initiative de la révolte populiste.



logo communique presse footer

Suivez-nous !

Suivez communique-de-presse.com sur Twitter afin d'être informé de toutes les actualités.Retrouvez tous les communiqués de presse diffusés et nos actualités sur notre page facebook.Rejoignez communique-de-presse.com sur LinkedInFlux RSS de toutes les catégories de communique-de-presse.com