Paris, le 22 septembre 2005 -  COMMUNIQUE DE PRESSE - Lavocat général a requis des peines de privations de droit civique, allant jusquà un an ferme, à lencontre des prévenus du procès des neufs « faucheurs volontaires ». La poursuite de neuf personnes dans le cadre dune action collective est à lévidence plus une action politique quune volonté de rendre la justice sur une affaire de droit commun.

Lacharnement à vouloir sanctionner des actions militantes est incompatible avec louverture indispensable dun débat sérieux et public sur les organismes génétiquement modifiés (OGM). Le Parti communiste français soutient la revendication dun moratoire sur la culture dOGM en plein champs, en application du principe de précaution, en même temps que la poursuite des recherches. Ce débat doit pouvoir être mené sereinement pour que toute la lumière soit faite. Les poursuites judiciaires ne contribuent pas à un apaisement et un traitement sérieux de ce débat de société qui touche directement à la santé des françaises et des français.

Parti communiste français