Contacter les journalistes

Comment contacter la presse? Comment contacter les journalistes? Votre marque, votre entreprise ou bien votre association a besoin de gagner en visibilité ? Publiez un communiqué de presse sur notre plateforme. Celui-ci sera diffusé sur notre site www.communique-de-presse.com, ainsi que sur nos réseaux sociaux Twitter et Facebook. Contacter par mail les journalistes en quelques clics avec notre fichier presse Française parfaitement tenu à jour.

Publier un communiqué de presse

Pour partager dès maintenant les dernières informations sur votre produit ou sur votre entreprise, inscrivez-vous gratuitement sur Communique-de-Presse.com et accédez à notre espace de rédaction. Avec l'offre de communiqué de presse gratuit, vous aurez la possibilité de publier des communiqués de presse optimisés pour le référencement sur notre plateforme en ligne, qui seront ensuite relayés sur nos réseaux sociaux. Souscrivez à notre offre de communiqué de presse premium pour pouvoir bénéficier de l'envoi aux journalistes de votre secteur d'activité !

Rédaction de communiqué de presse

Votre visibilité étant notre priorité, découvrez comment rédiger un communiqué de presse efficace ! Celui-ci sera ensuite mis en avant sur notre plateforme en ligne et sera diffusé sur les plus importants réseaux sociaux. Vous pouvez également faire appel à notre équipe de rédacteurs professionnels si vous souhaitez obtenir une rédaction de communiqué de presse plus pertinente et performante.

Le 7 octobre, mobilisons-nous pour les droits des migrants

Le 29 septembre 2005, la communauté internationale découvrait la situation des migrants en transit au Maroc, après la mort par balle d'au moins cinq personnes lors d'une tentative de passage « massif » des grillages de Ceuta. Six jours après, six autres personnes trouvaient la mort dans des circonstances identiques à Melilla. Au total, 11 morts seront officiellement reconnus comme victimes de cet épisode de la guerre aux migrants à laquelle se livre l'Union européenne entraînant à ses côtés les pays de transit. Quelques jours plus tard, des appels désespérés parvenaient à des ONG depuis le désert.

Les autorités marocaines y avaient abandonné des centaines de migrants, sans provisions ni eau suffisantes pour pouvoir survivre. Suivront alors des norias de cars et d'avions qui déplaceront les migrants d'une région à l'autre du Maroc, de camps militaires en camps de rétention, et en expulseront une partie, avec l'aide de leurs ambassades respectives, vers leurs pays d'origine. Dans le même temps, l'Espagne renvoyait ver les Maroc 73 personnes qui avaient réussi à passer.

7 octobre, journée internationale de solidarité avec les personnes migrantes

C'est en référence à ces évènements tragiques que le Forum Social Européen (Athènes, mai 2006), le Forum Social Mondial sur les Migrations (Madrid, juin 2006) et la Conférence non gouvernementale euro-africaine (Rabat, juillet 2006) ont appelé à faire de la journée du 7 octobre une journée internationale de mobilisation pour les droits des migrants.

Pour nous, associations et organisations travaillant au Maroc, cette journée du 7 octobre sera d'abord une journée d'hommage aux victimes de cette « guerre aux migrants » que nous refusons, qui s'est déroulée aux abords de Ceuta et Melilla et se poursuit au large des îles Canaries et des côtes africaines.

Elle sera une journée de solidarité avec tous les migrants expulsés du Maroc et avec l'ensemble des migrants aujourd'hui retenus sur le sol marocain du fait de la fermeture des frontières européennes et des pressions exercées par l'Union sur le
Maroc pour qu'il prenne en charge la gestion des flux migratoires, sous-traitance de l'UE que nous dénonçons

Elle sera une journée de solidarité avec les réfugiés et demandeurs d'asile, empêchés par la politique européenne d'externalisation des demandes d'asile, de déposer leur demande auprès du pays de leurs choix et qui ne bénéficient au Maroc ni des droits ni de la protection qui leur sont dus.

Elle sera une journée de solidarité avec les migrants sans-papiers expulsés par les polices européennes vers les ports et aéroports marocains, dans le cadre des accords de réadmission et, depuis la France, sur la base de dossiers établis dans le cadre d'une opération de régularisation de leurs séjours.

Elle sera une journée de mobilisation pour la reconnaissance du droit de libre circulation des personnes et pour que l'ensemble des droits des migrants, tels qu'ils sont déclinés dans les textes internationaux soient appliqués sur le sol marocain.

Nous rappellerons notre adhésion au Manifeste de Rabat, adopté lors de la Conférence non gouvernementale euro-africaine « Migrations, droits fondamentaux et liberté de circulation » et nous soulevons en particulier la nécessité pour les autorités marocaines et espagnoles, ainsi qu'européennes de :

- Mener une enquête impartiale et publique sur le déroulement des évènements de la nuit du 28 au 29 septembre à Ceuta et du 5 au 6 octobre à Melilla et d'enclencher des poursuites contre les auteurs et responsables de ces crimes

- Veiller au respect inconditionnel des droits fondamentaux de la personne humaine, tels qu'ils sont reconnus dans la déclaration universelle des droits de l'Homme, pour tous et en tous lieux, ainsi qu'à l'ensemble des droits compris dans les Conventions spécifiques telle que la Convention de Genève relative au statut des réfugiés et la Convention pour le respect des droits des travailleurs migrants et leur famille.

- Mettre fin à toute politique sécuritaire anti-migratoire et non respectueuse des droits de la personne et en particulier à la criminalisation des migrants qui tentent de chercher un avenir meilleur ou une terre où ils seront en sécurité.

- L'arrêt de toutes pressions de type économique ou politique de la part de l'Union européenne ou de ses Etats-membres, envers les pays « tampons » comme le Maroc et en particulier la fin immédiate de toute mesure de sous-traitance de la gestion du contrôle des frontières de l'Europe et de celles tendant à transférer aux pays du Sud la charge de la sélection des réfugiés et de l'expulsion des migrants.

Nous appelons toutes les organisations et toutes les personnes désireuses de se joindre à cet appel à un :

Rassemblement d'hommage aux victimes de Ceuta et Melilla, le samedi 7 octobre 2006 de 15 heures à 16 heures sur le lieu même où sont tombées les victimes de Ceuta.

Un regroupement se fera à la sortie de Tétouan devant l'hôtel El Yacouta (km 2, route principale Tétouan-Sebta) à partir de 13 heures.

Pour tout contact mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléphone : +212 65 65 65 18

Premiers signataires : Chabaka, Attac, AMDH, Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc